4 milliards de dollars ont quitté illégalement le Maroc en 2012

4 milliards de dollars ont quitté illégalement le Maroc en 2012
Le Maroc en proie à une crise économique sérieuse est confronté de plus en plus au phénomène de la fuite des capitaux.

Le dernier rapport de l’Office de changes, publié à la mi-avril 2013, est alarmant, 34 milliards de Dh en 2012 (4 milliards de dollars) ont ‘‘fui’’ le Maroc.

Ces données ont déjà été relatées par la Banque de règlements internationaux qui explique qu’une partie de ces capitaux a pris la direction de l’Espagne, suite notamment à l’opération lancée par le voisin ibérique pour l’acquisition de biens immobiliers, en contrepartie d’une résidence régulière sur le territoire espagnol.

Pour le DG de l’Office des changes, Jaouad Hamri, il y a parmi les nombreux moyens légaux détournés, celui des régimes de “convertibilité” du dirham, qui ont été accordés à certaines catégories d’opérateurs ou de citoyens, en particulier les exportateurs et les personnes morales autorisées à investir à l’étranger.

Certains en abusent, en profitant des facilités pour constituer des avoirs à l’étranger en marge de la légalité. Si le phénomène n’est pas nouveau au Maroc, il a pris de l’ampleur ces dernières années.

Selon Global Financial Integrity (GFI), le Maroc occupe la sixième position mondiale des pays exportateurs d’argent illégal, avec une perte estimée à 13,3 milliards de dollars entre 2000 et 2008, soit une moyenne de 1,66 milliards par an.

Le phénomène a été favorisé grâce à la complicité passive des pays occidentaux. L’enquête révèle que le flux massif des fonds illicites émis par l’Afrique «a été facilité par un système financier opaque» qui abrite des paradis fiscaux et qui défend le secret bancaire, les sociétés écrans et les comptes bancaires anonymes.

Résultat: le continent a été spolié de fonds importants et le phénomène n’a fait qu’aggraver ses difficultés économiques et sociales. « Les monnaies locales se sont dépréciées par rapport aux devises et monnaies convertibles, comme le dollar», souligne le rapport. La conséquence est que « l’inflation s’est intensifiée et les revenus des impôts ont considérablement baissé. Plusieurs investissements ont été suspendus et le commerce libre a été compromis».

Oeil d’Afrique avec Menara


Tags assigned to this article:
argentMaroc

Related Articles

Joseph Kabila ne participera pas à la Cop 21

[GARD align= »center »] À quelques jours de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP 21), on assiste

Congo: ouverture du procès des explosions meurtrières de mars 2012

La première audience du procès d'une vingtaine de militaires et de sept civils inculpés dans l'affaire des explosions d'un dépôt

« L’actualité africaine en 5 titres » du 25 juin 2016

[GARD align= »center »] Brexit : quelles conséquences pour l’Afrique ? Les Britanniques ont voté en faveur de la sortie du Royaume-Uni

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*