Togo: l’office des recettes et les transitaires divisés sur la sécurisation du dédouanement

[GARD align= »center »]

Bâtiment de l'assemblée nationale du Togo fichier électoral

Bâtiment de l’assemblée nationale du Togo à Lomé

Depuis mardi plusieurs déclarants en douanes non agréés et les transitaires, ont enclenché une grève illimitée. Il s’agit pour eux d’une façon de protester contre les nouvelles mesures de l’Office Togolais des Recettes (OTR), notamment le port obligatoire de badges avant d’avoir accès aux services des douanes du Port Autonome de Lomé.

Mercredi, les responsables de l’OTR se prononcent par la voix du Commissaire des douanes et des droits indirects, Kodjo Adédzé. Ce dernier a laissé entendre que sa structure n’entend nullement céder la pression des manifestants. Pas question non plus de revenir sur la décision de mise en vigueur du badge obligatoire, selon lui.

En effet, la mesure du port obligatoire de badge par les déclarants en douanes agréés par les services des douanes devait entrée en vigueur en juin 2015. Mais par deux fois, cette mesure sera reportée avant son effectivité depuis le 1er janvier dernier.

La décision fait grincer des dents dans les rangs des transitaires et déclarants en douanes non agréés parce que n’importe qui n’a plus accès aux services des douanes du Port de Lomé. Seuls les détenteurs d’un badge dûment délivré par l’OTR pourront avoir accès aux bureaux des douanes pour les formalités.

Pour avoir le badge en question, les demandeurs doivent prouver leur lien contractuel avec un commissionnaire en douanes agrée et se déclarer à la Caisse national de sécurité sociale (CNSS) en plus de débourser 5000 FCFA.

Kodjo Adédzé, le Commissaire des douanes et droits indirects de l’OTR soutient que cette mesure est un gage de transparence et de sécurité pour ceux qui travaillent au port.

«Nous voulons faire en sorte que ceux-qui viennent vers nous soient connus de nos services et que la sécurité au niveau de nos unités soit garantie», explique M. Adedze précisant que tous les acteurs qui officient dans le secteur portuaire, doivent se conformer aux règles en vigueur.

De même, seuls les détenteurs du code d’accès au système de dédouanement Sydonia Word, en mesure de dédouaner pourront avoir les badges.

Plus de 8000 déclarants en douanes non agréés se trouvent exclus du système et ne savent plus à quel saint se vouer. La seule solution pour eux est de créer leurs structures de commissionnaires agréés en douanes et se plier aux exigences de l’OTR pour avoir les badges et reprendre leurs activités.

Mais en attendant, ils plaident pour la délivrance des badges anonymes afin de leur permettre de mener leurs activités. La réponse de l’OTR est non.

L’OTR est une structure regroupant désormais au Togo, les deux grandes régies financières que sont les douanes et les impôts. Elle a pour but de mobiliser plus de ressources internes pour le développement du Togo. Ses décisions font grincer les dents dans ces deux secteurs depuis le début de la réforme alors que les autorités togolaises elles-mêmes se réjouissent des résultats atteints. En 2015 par exemple, l’office a mobilisé plus de 500 milliards de FCFA et les perspectives pour 2016 se chiffrent à 575 milliards de FCFA.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
recettesTogo

[GARD align="center"] [fbcomments]

Related Articles

« Panama Papers » : Comment les Indiens pillent le Togo en complicité avec des barons du pouvoir

[GARD align= »center »] Selon l’ONG Global Financial Integrity, le Togo est le pays le plus affecté du continent africain par l’évasion

D’Abidjan au succès international, Magic System fête ses 20 ans

[GARD align= »center »] Trois disques de platine, 16 d’or… Les quatre garçons d’Abidjan ont trouvé le Magic System pour faire danser

Burkina: Zida limoge le patron de la société publique d’électricité

 [GARD align= »center »] Le lieutenant-colonel Isaac Zida, qui dirigera le Burkina Faso jusqu’à l’intronisation officielle de son successeur, le civil Michel

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*