80 % des malades cardiovasculaires vivent dans des pays en développement

80 % des malades cardiovasculaires vivent dans des pays en développement
Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde et 80 pour cent de ces personnes atteintes vivent dans des pays en développement, a déclaré mardi à Dakar le professeur Serigne Abdou Ba, président de la société sénégalaise de cardiologie et vice-président de la société panafricaine de cardiologie dont le 11é congrès se tient du 16 au 20 mai dans la capitale sénégalaise.
 »Les maladies cardiovasculaires vont constituer la principale cause de mortalité en Afrique subsaharienne d’ici en 2025. Dans le monde, elles sont la première cause de mortalité et au Sénégal, elles sont la principale cause de mortalité chez l’adulte », a dit le Pr Ba, lors d’un point de presse en prélude au congrès de la société panafricaine de cardiologie.

Selon lui, au Sénégal, les maladies cardiovasculaires sont également la deuxième cause de handicap après les accidents.

Quelque 600 participants d’Afrique, d’Asie, d’Europe, des États-Unis, d’Inde et d’Australie sont attendus au congrès de la société africaine de cardiologie.

Une quarantaine de conférences et plus de 200 communications orales sont au programme, avec des ateliers pratiques destinés aux spécialistes, aux médecins généralistes et aux infirmiers.

Oeil d’Afrique avec APA


Tags assigned to this article:
Cardiovasculairesmaladie

Related Articles

Burundi: 3 militants du parti au pouvoir tués par des hommes armés

 [GARD align= »center »] Trois militants du parti au pouvoir au Burundi ont été tués dans l’est du pays par des hommes

CPI: la menace d’un procès s’éloigne pour Kenyatta

La menace d’un procès pour crimes contre l’humanité du président kényan Uhuru Kenyatta devant la Cour pénale internationale s’éloigne considérablement

Entretien avec Gilbert Bawara, Ministre Togolais de l’administration Territoriale

A l’issu du scrutin du 26 juillet dernier ; scrutin au cours du quel les Togolais étaient appelés à se prononcer

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*