9 personnes tuées près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda

9 personnes tuées près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda

Carte du Kenya

Cinq gardiens de troupeaux kényans et quatre pilleurs de la tribu ougandaise Tepes ont été tués dans un affrontement à armes lourdes lors d’un raid frontalier dans le nord du Kenya, à Turkana, près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda.

Les 500 pilleurs Tepes lourdement armés de l’Ouganda voisin ont attaqué jeudi les villages de Kosuwat, Kokingol et Kabilatom à Turkana près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda et se sont enfuis avec plus de 1000 animaux.

Le commissaire du district de Loima, Moses Ivuto, a confirmé vendredi cette attaque. M. Ivuto a déclaré que six autres bergers kényans ont été grièvement blessés dans l’attaque et ont été transportés jeudi soir à l’hôpital du district de Lodwar.

M. Ivuto a qualifié cette attaque de mortelle, car les assaillants s’étaient divisé en trois groupes et avaient attaqué simultanément les villages de Turkana.

Le commissaire a alerté les forces de sécurité en Ouganda pour qu’ils interceptent les animaux de leur côté, car la sécurité kényane ne peut traverser en Ouganda pour poursuivre les assaillants.

 

Xinhua


Tags assigned to this article:
animauxattaquedistrictivutokenyal'ougandaturkana

Related Articles

Malawi: La Corruption fait évaporer plus de 30 millions de dollars en six mois des finances publiques

[GARD align= »center »] Le problème de corruption au Malawi est plus sérieux qu’on ne le pense. Le rapport d’un audit publié

L’Algérie, à l’heure des contrôles de la virginité des femmes

Médecins, avocats, et a fortiori victimes, tous sont atterrés et profondément heurtés par la recrudescence de contrôles routiers, qui sortent

Nigeria: la police détruit 240.000 bouteilles de bière

Des responsables islamistes nigérians chargés d’appliquer la loi islamique dans la ville de Kano (nord) ont annoncé avoir détruit publiquement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*