A J-4, Obama et Romney tentent de cimenter une victoire dans l’Ohio

A J-4, Obama et Romney tentent de cimenter une victoire dans l’Ohio

Barack Obama lors d’un meeting à Boulder, dans le Colorado, le 1er novembre 2012

Barack Obama et son adversaire républicain Mitt Romney concentraient vendredi leurs efforts dans l’Ohio (nord), Etat qui pourrait receler la clé de l’élection présidentielle américaine, quatre jours avant l’échéance.

La course pour la tête de l’exécutif de la première puissance mondiale pourrait être pimentée par la diffusion à 12H30 GMT des chiffres mensuels du chômage, à 7,8% de la population active au mois de septembre –son niveau le plus bas depuis janvier 2009.

M. Obama, arrivé dans la nuit de jeudi à vendredi à Columbus, la capitale, devrait commenter ces statistiques lors d’une tournée de trois villes moyennes du sud-ouest de l’Ohio, microcosme des Etats-Unis avec ses zones urbaines, rurales et industrielles.

Le président, dans une région où sont installées de nombreux sous-traitants de l’industrie automobile américaine, devrait une nouvelle fois y vanter le plan de sauvetage conditionnel du secteur adopté au début de son mandat en 2009.

Ce sujet est vu comme une faiblesse pour l’ancien gouverneur républicain du Massachusetts, car il avait signé fin 2008 une Tribune dans le New York Times intitulée « Laissez Detroit faire faillite », ce que les démocrates ne manquent jamais de rappeler quand ils font campagne dans l’Ohio.

« Je suis fier d’avoir misé sur les ouvriers américains, la capacité des Etats-Unis à inventer et le secteur automobile américain », s’est écrié jeudi M. Obama à Las Vegas Nevada, ouest) où il effectuait une escale dans une journée qui l’a vu traverser deux fois les Etats-Unis dans presque toute leur largeur.

M. Obama a prévu de revenir chaque jour jusqu’à lundi dans l’Ohio, l’Etat clé par excellence dans une élection au suffrage indirect qui donne une importance disproportionnée aux territoires pouvant basculer côté républicain ou démocrate.

La carte électorale est telle cette année que M. Romney doit presque impérativement remporter l’Ohio s’il souhaite déloger M. Obama de la Maison Blanche lors de l’élection de mardi. A défaut, il devrait enlever quasiment tous les autres Etats clés sur lesquels les deux camps concentrent leurs efforts.

Le candidat républicain Mitt Romney, en Virginie, le 1er novembre 2012
© AFP Emmanuel Dunand

Parmi ces derniers, le Wisconsin, où M. Obama a fait campagne jeudi matin, et où le républicain est attendu vendredi avant d’aborder l’Ohio. Dans ce dernier Etat, M. Romney sortira les grands moyens en soirée, avec un « Rassemblement pour une vraie route vers la reprise » auquel participeront son colistier Paul Ryan et leurs épouses respectives, ainsi que le chanteur Kid Rock.

Séduire les indécis

Même si son équipe de campagne assure bénéficier d’un enthousiasme et d’un dynamisme de nature à lui faire décrocher la majorité des voix, le temps presse pour inverser une tendance qui ne lui a jusqu’ici pas été favorable, selon les sondages.

Sur les neuf dernières enquêtes publiées sur l’Ohio, huit donnent une avance à M. Obama, et la moyenne du site RealClearPolitics estimait à 2,3 points l’écart des intentions de vote en faveur du dirigeant démocrate sortant.

Dans les 100 dernières heures de la campagne, chaque candidat tente de séduire les derniers indécis et a modéré sa rhétorique en conséquence.

M. Obama a retrouvé jeudi des accents de sa campagne « post-partisane » de 2008, en assurant avoir démontré depuis quatre ans sa « volonté de travailler avec quiconque, de quelque parti que ce soit, pour faire progresser ce pays ».

Tout en insistant sur le mauvais bilan économique de M. Obama, le républicain poursuit lui aussi la même stratégie et s’est même approprié le thème du « changement » Cher au démocrate.

« Pour faire de l’Amérique un pays fort à nouveau, nous devons mettre fin aux divisions, aux attaques, à la diabolisation, il faut collaborer avec l’autre parti, rassembler les bon démocrates et les bons républicains pour enfin travailler pour le peuple et mettre la politique de côté », a ainsi lancé le républicain en Virginie (est).

Même en pleine course pour tenter de se maintenir à son poste, M. Obama fait savoir qu’il continuait à gérer la crise née de l’ouragan meurtrier Sandy qui a frappé le nord-est des Etats-Unis lundi.

Cette crise a accouché d’un développement politique inattendu: le maire de New York Michael Bloomberg, un indépendant, a apporté mercredi son soutien au président, en saluant son implication dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les derniers jours de la campagne vont se dérouler à un rythme infernal. M. Romney a prévu de visiter 11 Etats en quatre jours, tandis que la tournée de M. Obama l’emmènera dans 15 villes de huit Etats, avec donc une nette insistance sur l’Ohio, d’ici à lundi soir.

Il conclura sa campagne lundi soir à Des moines, dans l’Iowa, où il sera rejoint sur scène par le chanteur Bruce Springsteen.

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
éléctionobamaRomneyusa

Related Articles

Cameroun: Edzao, l’ancien baron du régime, condamné à une nouvelle peine de 20 ans

Ancien baron du régime camerounais, Titus Edzoa, qui voulait se présenter contre Paul Biya à la présidentielle de 1997 avant

Angola: ouverture du procès du plus célèbre opposant au régime

Le procès du plus célèbre opposant au régime angolais s’est ouvert mardi à Luanda. Le journaliste militant Rafael Marques est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*