Accès à Internet en Afrique: 16 % de la population est connectée

[GARD align= »center »]

Cyber-café à Abidjan. Source: DR

Cyber-café à Abidjan. Source: DR

L’Alliance pour un Internet abordable (« Alliance for affordable Internet », A4AI), organisation mondiale créée en octobre 2013 et soutenue par les géants du Net (Google, Facebook et Microsoft) place Maurice en tête de son classement des pays où Internet est le plus accessible sur le continent africain.

Lancée à Abuja (Nigeria), l’organisation affiche toujours l’ambition de faire passer le coût de connexion à Internet dans le monde sous la barre des 5 % du revenu mensuel moyen de chaque pays, un objectif déjà affiché par l’ONU. D’après les chiffres officiels, 39 % de la population mondiale est connectée à Internet. Une réalité contrastée car 77 % habitent dans les pays développés et bénéficient d’une connexion internet à un coût raisonnable contre 31 % dans les pays émergents. En Afrique, 16 % de la population est connectée.

Pourquoi Maurice arrive en tête ?

Dans ce rapport 2012, malgré une légère amélioration, le continent africain affiche toujours les conditions d’accès à Internet les plus difficiles dans le monde. Sur les 58 pays étudiés, 28 pays africains se démarquent et seulement dix affichent un niveau d’accessibilité Internet supérieur ou intermédiaire. Pour les auteurs du rapport « le vrai frein, aujourd’hui, ce sont les politiques et les lois qui empêchent la concurrence et qui maintiennent les prix à un niveau inabordable ».

Lire la suite sur Le Point Afrique

 


Tags assigned to this article:
afriqueinternet

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Groupon rejette l'offre de Google

Pourquoi vendre quand on fait 2 milliards de dollars en une année alors que les prévisions étaient de 500 millions? Groupon vient en effet

Télécom: « Eto’o a été trompé par Orange ; il s’est fait avoir… »

La marque du capitaine des Lions indomptables Set’Mobile a du mal à décoller quatre mois après son lancement. Les populations

Côte d’Ivoire: du mannequinat aux mines d’or et de diamants

[GARD align= »center »] Elle a troqué robes de soirée et talons pour une blouse et des bottes de chantier: la Guinéenne

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*