Affaire Bemba: Fin à la CPI de la présentation des éléments de preuve de la défense

Affaire Bemba: Fin à la CPI de la présentation des éléments de preuve de la défense
Jean-Pierre Bemba

Jean-Pierre Bemba, détenu à la Haye depuis mai 2008

La représentation de la Cour pénale internationale (CPI) à Kinshasa a fait part mercredi, dans un message, de la fin de la présentation des éléments de preuve de la défense dans l’affaire qui oppose l’opposant congolais Jean-Pierre Bemba au procureur de cette cour.

Selon la source, la fin de la présentation est intervenue après que la chambre a rejeté la demande de la défense pour une prolongation du délai pour appeler ses deux derniers témoins.

La défense a fait cette demande seulement 40 minutes avant l’expiration du délai de 15 novembre pour la conclusion de la présentation de ses éléments de preuve, a-t-on indiqué.

Pour la chambre, la défense n’a pas démontré « un motif valable » pour prolongation du délai, conformément au règlement 35 (2) et a ainsi conclu la présentation de ses éléments de preuve.

La CPI accuse Bemba d’avoir été pénalement responsable, en qualité de chef militaire, de deux chefs de crimes contre l’humanité (viol et meurtre) et de trois chefs de crimes de guerre (viol, meurtre, et pillage) commis par en 2002 et 2003 par les éléments armés de sa rébellion du Mouvement de libération du Congo (MLC).

Les troupes de Bemba avaient été invités en Centrafrique par le régime au pouvoir de l’ancien président Ange-Félix Patassé, face à l’avancée de la rébellion de l’ancien président François Bozizé.

En 2003, M. Bemba a été désigné vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), à la faveur des accords qui ont sanctionné le dialogue intercongolais tenu à Sun City, en Afrique du Sud, et sa rébellion a ainsi été muée en parti politique.

Candidat malheureux (41,95 %) au second tour de l’élection présidentielle qui l’a opposé en octobre 2006 à Joseph Kabila (58,05 %), Bemba a réussi à se faire élire sénateur en janvier 2007.

En dépit de son exil intervenu après des combats qui ont opposé en mars 2007 en pleine ville de Kinshasa sa garde rapprochée aux forces loyalistes et sa détention à La Haye, l’opposant congolais garde encore son siège au parlement de son pays.

En octobre dernier, à la faveur du dialogue entre Congolais dénommé « concertations nationales, le président Joseph Kabila a instruit le gouvernement de suivre le dossier des Congolais détenus par la CPI, dont M. Bemba.

Ce dernier a été arrêté en mai 2008 en Belgique puis transféré à La Haye où son procès s’est ouvert le 22 novembre 2010.

Avec l’APA


Tags assigned to this article:
BembaCPI

Related Articles

Centrafrique: le Premier ministre appelle les rebelles à négocier pour éviter un bain de sang

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye, figure de l’opposition au président François Bozizé, a appelé samedi les rebelles de la

Centrafrique: Les hommes en armes doivent se faire identifier avant 18h

Tous les hommes en armes doivent se faire identifier, a annoncé mercredi le ministre de la Communication centrafricain et porte-parole

CAN 2017 : Le Cameroun est sacré champion d’Afrique des nations pour la 5e fois

[GARD align= »center »] Les jeunes « Lions indomptables » ont enfin pris leur revanche sur les « Pharaons » ! Le Cameroun a réussi à

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*