Affaire du charnier de Kati : Des hauts gradés de l’armée malienne entendus

Affaire du charnier de Kati : Des hauts gradés de l’armée malienne entendus

 [GARD align= »center »]

Mali la part de responsabilité de la junte

Capitaine sanogo et sa troupe

L’enquête concernant le charnier de Kati découvert après l’arrestation du capitaine Amadou Haya Sanogo auteur du coup d’Etat contre l’ancien président malien, Amadou Toumani Touré. Une découverte rendu possible par les proches collaborateurs du capitaine Sanogo  qui avaient indiqué aux enquêteurs l’existence du charnier dans le camp de Kati.

Il s’agit d’un charnier qui contenait le corps sans vie d’une vingtaine de militaire portés disparus, après leur tentative de contre coup d’Etat contre le capitaine Sanogo et ses hommes.

Ces militaires appartenaient au corps d’élite des bérets rouges, la garde présidentielle au Mali depuis l’indépendance du pays dont le camp se trouve dans la zone du Camp Para de Djicoroni (un quartier militaire de Bamako).

Ainsi, après le feu vert de la hiérarchie, quatre généraux de l’armée, tous des hauts gradés seront entendus, dans le cadre de l’enquête que mène actuellement les autorités militaires maliennes sur cette affaire.

De sources proches de l’enquête, on apprend que parmi ces hommes de tenue, figurent un ancien patron des services de renseignements maliens, un ancien chef d’Etat major des armées. Une audition qui permettrait aux enquêteurs de progresser dans leur démarche de faire la lumière sur cette affaire qui était au centre de tous les débats au Mali.

Déjà, du côté de Bamako, les autorités maliennes affirment détenir des informations capitales sur cette affaire pour mettre la main sur les différents responsables de cette atrocité.

Les mêmes sources proches de l’enquête, nous informe que les autorités maliennes savent davantage sur comment les yeux des personnes froidement assassinées ont été préalablement bandés, comment elles ont été enchaînées, mais aussi et surtout détiennent le nom de l’adjudant-chef qui aurait dirigé les opérations d’exécution.

En outre, des informations fournies suite à l’autopsie éffectuée sur le corps des victimes, seront bientôt connues avec certitudes selon des sources militaires basées à Bamako.

[GARD align= »center »]

Pour rappel, les victimes ont été arrêtées en 2012 et accusées de vouloir renverser le capitaine Amadou Sanogo et ses hommes, qui à l’époque, faisait la pluie et le beau temps dans le pays.

A Bamako, les familles des victimes attendent que la justice soit rendue dans cette affaire qui tire en longueur.

Adama Coulibaly
Dakar – Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
bamakoCharniermalisanogo

Related Articles

Mali: le chef de l’ex-junte Amadou Sanogo jugé à partir du 30 novembre

[GARD align= »center »] Le chef de l’ex-junte malienne, le général Amadou Sanogo, sera jugé devant les assises à Bamako à partir

Mali: plusieurs morts dans l’affrontement entre arabes et touareg à Bordj

Des arabes et touareg se sont affrontés samedi à Bordj, une localité située à quelques 240 Km de la ville

Mali : Cinq humanitaires libérés par une intervention de l’armée française

[GARD align= »center »] Cinq humanitaire maliens capturés le 8 février par un groupe terroriste ont été libérés jeudi, a annoncé Paris.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*