Affaire Kengo: Les agresseurs pardonnés

Affaire Kengo: Les agresseurs pardonnés

Kengo Wa Dondo (président du sénat de la RDC)

A Kinshasa, les sympathisants de Léon Kengo ont organisé ce lundi 2 janvier une conférence de presse. Il s’agissait de donner des nouvelles du leader de l’Union des forces du changement, agressé samedi 31 décembre près de la gare du Nord, à Paris et indiquer la ligne de conduite du parti.

Le ton est grave. Les mines tendues. Une cinquantaine de membres de l’UFC sont présents. Après avoir indiqué que leur leader se remet de ses blessures, le secrétaire exécutif du parti, Michel Bongongo explique que Léon Kengo pardonne aux auteurs de l’agression : « Conscient du fait que la violence aveugle engendre souvent une autre violence aveugle, convaincu du bien fondé de sa démarche politique, Léon Kengo pardonne à ses agresseurs qui ont agi dans l’aveuglement de la passion et les assure de sa fraternité ».

Prudents les responsables de l’UFC se sont bien gardés d’identifier les agresseurs. Ces derniers reprocheraient à Léon Kengo sa participation à la prestation de serment de Joseph Kabila, argument balayé par Michel Bongongo : « Comme c’était une manifestation hautement officielle, il était du devoir de M. Kengo, quelles que soient ses convictions d’être là, parce qu’il est le président du Sénat. Ne nous mettons pas à confondre les choses ».

Malgré les traumatismes de l’agression, le secrétaire exécutif de l’UFC affirme que Léon Kengo ne va pas quitter la scène politique et qu’il a, au contraire, déjà repris ses dossiers. Selon un de ses proches à Paris, il devrait sortir d’ici 48 heures de l’hôpital.

Source RFI



Related Articles

Prise d’otages à l’hôtel Radisson de Bamako : le GIGN français envoyé en renfort

[GARD align= »center »] Une quarantaine hommes du GIGN français ont décollé ce vendredi midi vers Bamako. Ils sont envoyés pour épauler

La villa de Sarkozy à Marrakech, un cadeau de Mohammed VI?

Nicolas Sarkozy aurait reçu une villa à Marrakech, cadeau d’une entreprise détenue conjointement, à l’époque des faits, par un groupe

Quand les politiques congolais s’achètent une popularité sur les réseaux sociaux: le cas de Francine Muyumba

Certaines personnalités politiques congolaises tricheraient-elles afin de gonfler leur popularité sur Twitter en achetant des followers ? C’est en voulant

3c ommentaires

Espace commentaire
  1. mbakulirayi
    mbakulirayi 3 janvier, 2012, 17:08

    Abiki. Boyebisa ye . Match esili te lino bakoyoka. Ezali affaire ya Thisekedi te ezali nde devoir ya bacongolais de donner des lecons aceux qui les meritent. ce n’est pas une affaire de participer ou pas a la prestation de serment mais de haute trahison en collaborant avec Kanambe. Nous ns sommes pas des fous. Please this is an advertissment. OK?

    Répondre à ce commentaire
    • senda
      senda 4 janvier, 2012, 10:47

      yo pe zela jour ekokomela yo to tata na yo okoyeba esi bopoli na election bolingi nini soki bokiti na kin to ko boma bino moko moko bo suka kaka na poto

      Répondre à ce commentaire
  2. makumbu
    makumbu 6 janvier, 2012, 02:44

    makumbu.
    bino ba congolais oyo bozali pour kanambe,bozali ba zoba n’arrivé ya kabila père kengo wa dondo
    azalaki wapi?a kimelaki awa na poto,pe a declaraki que lui, il n’est pas un zaïrois mais,il est un polonais. ndenge nini bondima kaka moto yango azala lisusu president na bino ya cénat? bo zali ba
    zoba, manque ya credibilité,ya respect,ya moral,na nzala.pe bolingi ko tala ni, na b’archives ni, info ya pamba na télé kaka ba théatre,music,masanga,na basi.
    langa langa nao toma sopa.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*