Affi NGuessan à François Hollande: « Le FPI ne participera pas aux élections à tout prix »

Affi NGuessan à François Hollande: « Le FPI ne participera pas aux élections à tout prix »

[GARD align= »center »]

Affi et HollandeAu cours de la conférence de fin de sa visite de 24  heures à Abidjan, le président français François Hollande a estimé que le Front populaire ivoirien (FPI) devrait prendre part aux prochaines élections notamment l’élection présidentielle de 2015, si le parti fondé par Laurent Gbagbo voulait continuer à exister.  Pascal Affi Nguessan lui a répondu « non ».

Au niveau du FPI, on ne l’entend pas de cette oreille. Pascal Affi N’Guessan, président du FPI, qui conduisait pour la circonstance une délégation de l’opposition regroupée au sein de l’Alliance des Forces Démocratiques de Côte d’Ivoire (AFDCI), pour un entretien d’une quinzaine de minutes avec François Hollande à l’Ambassade de France, a indiqué que son parti ne participera pas aux élections à tous les prix, même si cela dépendait de sa survie.

[GARD align= »center »]

«Tout le monde sait bien que la participation aux élections est un enjeu capital pour toutes les formations politiques y compris pour le Fpi. Si le FPI veut exister, que si nous ne réussissions pas à créer les conditions d’une participation, c’est notre avenir qui sera en jeu. Nous n’entrerons pas dans la CEI tant qu’elle n’est pas crédible. C’est une observation que tous les analystes font», a déclaré Affi Nguessan. Pour lui, cette position ne doit pas être comprise comme une volonté de participer aux élections à tout prix.

Avec le président français, l’opposition ivoirienne a passé en revue l’ensemble des questions qui touchent aux libertés, aux droits de l’homme et à la démocratie avec toutes les entraves que rencontrent les opposants dans l’exercice de leurs activités. Selon Pascal Affi Nguessa, la question des prisonniers politiques, les comptes bloqués, le retour des exilés, les domiciles occupés ont été abordés. La question de la Cpi avec la détention de l’ancien président Laurent Gbagbo et de l’ancien ministre Blé Goudé a été évoquée sans oublier les questions liées à la justice à la sécurité et à l’État de droit, les questions liées à la réconciliation nationale et la préparation des élections de 2015.

[GARD align= »center »]

« Pour toutes ces questions, nous avons émis le souhait ardent que le chef de l’État français, compte tenu de la place de la France en Côte d’Ivoire, compte tenu de son engagement, compte tenu de son appui politique et financier au régime ivoirien, pèse de tout son poids pour que le pays puisse sortir de cette situation et que nous retrouvions la paix et un jeu démocratique standardisé. De manière à ce que les élections à venir ne constituent pas une autre menace, mais plutôt la dernière étape pour boucler définitivement le dossier de la crise », a expliqué Affi Nguessan.

Pour les élections, de nombreuses divergences opposent le pouvoir et l’opposition notamment pour la composition de la nouvelle Commission Électorale Indépendante (CEI) que le FPI boycotte pour le fait que le régime d’Alassane Ouattara dispose plus de la moitié des membres de la Commission.  

Didier Assogba
©Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
hollandeNGuessan

Related Articles

Côte d’ivoire : L’aéroport d’Abidjan fermé aux vols en provenance des pays touchés par le virus Ebola

[GARD align= »center »] Face à la propagation continue du virus Ebola, les pays ne cessent de prendre des mesures drastiques pour

Le président tunisien appelle les autorités égyptiennes à libérer Mohamed Morsi

Le président tunisien Moncef Marzouki a appelé jeudi les autorités égyptiennes à libérer l’ex-président Mohamed Morsi ainsi que tous les

Plus de 85 milliards de Paris pour Dakar

Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi que son pays a décidé d’accorder au Sénégal une aide budgétaire de

1 commentaire

Espace commentaire
  1. @LE DUC@
    @LE DUC@ 20 juillet, 2014, 19:13

    Mes frères ivoiriens SVP écartez au maximum l’option de l’ingérence de la france dans la résolution de vos litiges internes puisqu’elle est la cause et l’agent vecteur des problèmes des africains en général et de ceux de la Cotte d’Ivoire en particulier.
    Prenez donc garde!!!

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*