Afrique du Sud: un haut responsable arrêté comme « terroriste » aux Etats-Unis

Afrique du Sud: un haut responsable arrêté comme « terroriste » aux Etats-Unis

Un ex-ministre et célèbre homme d’affaires sud-africain a été brièvement interpellé la semaine dernière à l’aéroport de New York, parce que son nom figurait toujours sur une liste de « terroristes » potentiels, en raison de son activité passée de militant contre le régime de l’apartheid, a indiqué lundi l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

Tokyo Sexwale, ex-ministre sud-africain, le 7 octobre 2013 à Genève afp.com - Fabrice Coffrini

Tokyo Sexwale, ex-ministre sud-africain, le 7 octobre 2013 à Genève
afp.com – Fabrice Coffrini

Un ex-ministre et célèbre homme d’affaires sud-africain a été brièvement interpellé la semaine dernière à l’aéroport de New York, parce que son nom figurait toujours sur une liste de « terroristes » potentiels, en raison de son activité passée de militant contre le régime de l’apartheid, a indiqué lundi l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

M. Tokyo Sexwale, qui était en voyage d’affaires aux Etats-Unis, a été interpellé par la police à l’aéroport John F. Kennedy. « Il a été brièvement retenu, et il a ensuite été relâché après s’être plaint et avoir contacté notre ambassade », a indiqué le porte-parole de l’ANC Keith Khoza.

« Il a ensuite reçu des excuses de l’aéroport et de la Maison Blanche », a affirmé M. Khoza à l’AFP.

Bien que l’apartheid ait disparu en 1994 et que les anciens compagnons de lutte de Nelson Mandela soient arrivés au pouvoir, les listes nominatives de « terroristes présumés » aux Etats-Unis n’ont apparemment pas toujours été mises à jour.

Le nom de Nelson Mandela lui-même figurait sur la liste des « terroristes » interdits d’entrée aux Etats-Unis à l’époque de l’apartheid. L’interdiction générale pour l’ANC a été levée en 1990, mais certains noms sont restés sur les listes de la police américaine. Il a notamment fallu attendre 2008 pour que le nom du héros de la lutte contre l’apartheid soit officiellement retiré de la liste.

Le porte-parole de l’ANC a déploré l’incident: « Cela a un impact négatif sur les relations entre l’Afrique du Sud et les USA », a-t-il dit, regrettant que de telles listes existent encore, deux décennies après l’arrivée de la démocratie en Afrique du Sud.

« Cette affaire aurait dû être résolue il y a très longtemps, et nous croyions que c’était résolu », a-t-il ajouté.

Interrogé par l’AFP, Clayson Monyela, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a indiqué: « Nous avons soulevé le problème et nous continuerons à le soulever jusqu’à ce que cette histoire soit résolue ».

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
afrique du sudministresterrorismezuma

Related Articles

Etats-Unis : Onyango Obama n’est plus en situation irrégulière dans le pays de son neveu Barack

[wp_ad_camp_3] Sous le coup d’une expulsion depuis quelques mois, un oncle kényan du Président américain Barack Obama a finalement reçu

Trump, discours sur l’islam et appel à lutter contre l’extrémisme

[GARD align= »center »] Le président américain Donald Trump s’essaye dimanche, depuis Ryad, à un exercice délicat: un discours sur l’islam dans

Scandale sur RMC: « Les Grandes Gueules » qualifient le viol de Nafissatou Diallo de conte de fée

Les auditeurs de l’émission radio, Les Grandes Gueules, diffusée en France sur RMC Info, le 21/01/2013, se souviendront longtemps des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*