Afrique du Sud : Importante découverte d’une nouvelle espèce humaine

Une partie du squelette de "l'Homo naledi" est montrée en conférence de presse à Johannesburg (Afrique du Sud), le 7 septembre 2015. En 2013 et 2014, des scientifiques ont trouvé plus de 1 550 os appartenant à au moins 15 individus, parmi lesquels des bébés, de jeunes adultes et des personnes plus âgées. BRETT ELOFF / WITS UNIVERSITY / AFP

Une partie du squelette de « l’Homo naledi » est montrée en conférence de presse à Johannesburg (Afrique du Sud), le 7 septembre 2015. En 2013 et 2014, des scientifiques ont trouvé plus de 1 550 os appartenant à au moins 15 individus, parmi lesquels des bébés, de jeunes adultes et des personnes plus âgées. BRETT ELOFF / WITS UNIVERSITY / AFP

Des chercheurs internationaux ont annoncé ce jeudi la « remarquable » découverte d’ossements de 15 hominidés près de Johannesburg.  Cette trouvaille est une étape importante dans les travaux sur la complexité de l’évolution humaine et vient confirmer la place de l’Afrique du Sud en tant que « Berceau de l’Humanité ».

« Homo – naledi » (« Étoile », en sesotho, langue sud-africaine) ! C’est le nom de l’étrange espèce découverte récemment à Maropeng, un site archéologique classé au patrimoine de l’UNESCO près de Johannesburg en Afrique du Sud. En 2013 et 2014, des scientifiques ont trouvé près de 1550 ossements appartenant à 15 individus, parmi lesquels des bébés, des adolescents et des adultes. « Ces restes constituent le plus grand assemblage découvert en Afrique », souligne Sandrine Prat, paléontologue du CNRS. Cette nouvelle espèce, jusque là inconnue, a été découverte au fond de la grotte Rising star et classée dans le genre Homo, auquel appartient l’homme moderne. Lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Maropeng, le chercheur Lee Berger, de l’université de Witwatersrand à Johannesburg, a présenté les conclusions de leurs travaux sur cette catégorie d’hominidés, mi-homme, mi-australopithèque. Le fossile sud-africain serait vieux d’au moins 2 millions d’années et son étude permettrait, à terme, d’en apprendre davantage sur la transition du genre humain entre l’australopithèque primitif et le primate du genre homo, notre ancêtre direct.

Cette photo du magazine "National Geographic" (qui illustrera son numéro d'octobre 2015) montre une reconstruction de la figure de cet hominidé par le paléoartiste américain John H. Gurche. MARK THIESSEN / NATIONAL GEOGRAPHIC / AFP

Cette photo du magazine « National Geographic » (qui illustrera son numéro d’octobre 2015) montre une reconstruction de la figure de cet hominidé par le paléoartiste américain John H. Gurche. MARK THIESSEN / NATIONAL GEOGRAPHIC / AFP

À quoi ressemble l’ « Homo naledi » ?

La nouvelle espèce découverte est un lointain cousin de l’homme moderne, il en a donc quelques caractéristiques, mais a également d’autres spécificités des anciens hominidés. « Il est pratiquement impossible de distinguer ses pieds de ceux d’un homme moderne », précise un communiqué conjoint de l’université du Wits, la National Geographic Society et du ministère sud-africain des Sciences. D’après le document publié en Afrique du Sud, « ses pieds et ses longues jambes laissent penser qu’il était fait pour marcher longtemps ». En revanche, « il avait un cerveau minuscule de la taille d’une orange et un corps très élancé », selon John Hawks, chercheur à l’université de Wisconsin-Madison. Il mesurait en moyenne 1,5 mètre et pesait 45 kilos. Ses mains « laissent supposer qu’il avait la capacité de manier des outils ».

"Homo Naledi" avait "un cerveau minuscule de la taille d'une orange et un corps très élancé", selon John Hawks, chercheur à l'université de Wisconsin-Madison (Etats-Unis). BRETT ELOFF / WITS UNIVERSITY / AFP

« Homo Naledi » avait « un cerveau minuscule de la taille d’une orange et un corps très élancé », selon John Hawks, chercheur à l’université de Wisconsin-Madison (Etats-Unis). BRETT ELOFF / WITS UNIVERSITY / AFP

Toutes ces découvertes revêtent un caractère essentiel pour la science et remettent au premier plan le très important site de fouilles sud-africain baptisé « Berceau de l’Humanité ». C’est à 2 kilomètres de ses grottes qu’a été découvert « Little Foot », le plus ancien hominidé connu, vieux de 3,7 millions d’années.

Depuis des années, la région constitue, pour les chercheurs, archéologues et paléontologues du monde entier, une mine d’informations sur nos ancêtres. Et Lee Berger l’assure : la grotte Rising star, où a été trouvé l’Homo naledi « n’a pas encore révélé tous ses secrets, car il pourrait y avoir encore des centaines, voire des milliers de fossiles d’Homo naledi ». 

Marie-Hélène Sylva
© OEIL D’AFRIQUE

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
afrique du sudHomo naledil’évolution humaine

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Présidentielle en Tunisie: Essebsi annonce sa victoire, le camp Marzouki conteste

 [GARD align= »center »] Le favori de la présidentielle tunisienne, Béji Caïd Essebsi, a revendiqué dimanche soir la «victoire», ce que les

19è sommet de l’UA : Nouveau face à face Ping-Nkosazana

Le prochain sommet de l’Union africaine (UA) qui se tiendra du 9 au 16 juillet au siège de l’institution panafricaine,

Mali: le chef de l’ex-junte obtient le statut d’ex-président, la période de transition fixée à 12 mois

BAMAKO  – Le chef des putschistes du 22 mars au Mali, le capitaine Amadou Sanogo, a obtenu le statut d’ex-président,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*