Afrique du Sud : Jacob Zuma échappe à une nouvelle tentative de destitution

Afrique du Sud : Jacob Zuma échappe à une nouvelle tentative de destitution
Le président sud-africain Jacob Zuma à Cape Town le 12 février 2015 (Photo Rodger Bosch. AFP)

Le président sud-africain Jacob Zuma à Cape Town le 12 février 2015 (Photo Rodger Bosch. AFP)

Le président sud-africain, Jacob Zuma a été sauvé mardi à l’Assemblée nationale par les députés de l’ANC. En effet, une motion de défiance avancée par l’Alliance démocratique (DA, opposition) pour le destituer n’a pas été adoptée par le Parlement.

Le parti de l’opposition sud-africaine, Alliance Démocratique en veut toujours à Jacob Zuma de n’avoir pas arrêté, il y a près de deux mois, le président soudanais Omar al-Béchir. AD accuse M. Zuma d’avoir enfreint la Constitution quand son gouvernement a permis à Omar al-Béchir de quitter le pays en contravention directe d’un ordre du tribunal demandant son arrestation.

Tout a commencé lorsque Mmusi Maimane, le chef de la DA a reproché à M. Zuma d’avoir manqué à son serment d’investiture de défendre la Constitution.

Maimane a indiqué que Jacob Zuma a enfreint la Constitution lorsque qu’il a aidé M. Al-Béchir à échapper à la justice.

«Le président a décidé que la loi ne s’appliquait pas à lui et à son cabinet», a dénoncé M. Maimane lors du débat sur cette motion.

Mais  la motion a été rejetée par le Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir qui l’a qualifié d’infondée et de théâtrale.

Lindiwe Zulu, un député de l’ANC a expliqué que M. Al-Béchir avait obtenu l’immunité diplomatique comme tous les chefs d’État assistant à la réunion du sommet de l’Union africaine à la mi-juillet à Johannesburg.

«Le Congrès national africain ne soutiendra pas cette motion… Elle vise à saper les relations, politiques, économiques et diplomatiques de l’Afrique du Sud auprès des autres pays membres de l’Union africaine (UA)», a-t-il dit.

Les partis d’opposition n’ont pas eu d’opinions diverses sur la question. C’est alors que le président du Parlement, Baleka Mbete, a décidé de mettre la question aux voix.

211 députés ont voté contre la motion, tandis que 100 l’ont soutenu et 17 se sont abstenus.

Il s’agit de la seconde victoire électorale de M. Zuma cette année, puisqu’il avait déjà survécu à un vote de défiance en mars.

Malgré tout, le parti DA a expliqué avoir réussi à faire connaître les mauvaises pratiques de Jacob Zuma.

La Cour pénale internationale a publié un mandat d’arrêt pour crimes de guerre à l’encontre de M. Al-Béchir, lorsque celui-ci est venu en Afrique du Sud assister au sommet de l’UA. La Haute cour de Pretoria en Afrique du Sud a également publié un verdict interdisant la sortie du pays de M. Al-Béchir.

Le président sud-africain et son gouvernement se sont défendu, indiquant que M. Al-Béchir ne pouvait pas être arrêté parce qu’il était un invité pour assister à un sommet de l’Union africaine.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
afrique du sudJacob Zuma

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

La France signe un accord avec l’Afrique du Sud porteur pour son industrie nucléaire

[GARD align= »center »] La France a signé mardi un accord de coopération pour le développement du nucléaire civil avec l’Afrique du

Afrique du Sud: indignation après le viol collectif et le meurtre d’une ado

[GARD align= »center »] Le récent viol collectif et la mutilation atroce d’une adolescente, décédée peu après, dans une petite ville sud-africaine

Robert Mugabe: «l’Afrique n’est indépendante qu’à moitié»

Au terme de sa visite d’Etat de deux jours effectuée en Afrique du Sud, le président du Zimbabwe, s’en est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*