Afrique du Sud: les accidents de la route lui coûtent 10% de son PIB

Afrique du Sud: les accidents de la route lui coûtent 10% de son PIB

Les accidents de la route coûtent à l’Afrique du Sud, première économie du continent africain, l’équivalent de 10% de son produit intérieur brut chaque année, a indiqué le ministre des Transports Ben Martins.

Les 11.000 morts enregistrés en moyenne chaque année sur la route coûtent 300 milliards de rands, soit 26 milliards d’euros, selon le ministre.

« Les accidents de la circulation sont une des principales causes de décès en Afrique du Sud. Les conséquences économiques, en incluant les coûts sociaux et les dépenses de santé, entraînent une perte d’au moins 306 milliards de rands pour l’économie chaque année« , a déclaré Ben Martins dans un rapport consacré à ce problème publié jeudi.

Le bilan pourrait être encore plus lourd cette année, les accidents ayant déjà entraîné près de 1.500 morts entre début décembre et la première semaine de janvier. L’alcool et la vitesse excessive sont les principales causes d’accident. Quelque 40% des victimes depuis début décembre étaient des piétons ivres qui marchaient en zigzagant sur la route.

Le gouvernement a lancé une campagne nationale pour diviser par deux le nombre d’accidents de la circulation en sept ans.

AFP


Tags assigned to this article:
accidentafrique du sudéconomie

Related Articles

Afrique du Sud: Grande confusion autour du refus de visa au Dalaï Lama

Invité  à la conférence des prix Nobel de la paix qui doit avoir lieu en octobre prochain au Cap, en

Manifestations en Afrique du Sud pour le départ de Zuma

[GARD align= »center »] Plusieurs milliers de Sud-Africains sont descendus vendredi dans les rues des principales villes du pays pour réclamer le

Dans la famille Mandela, je veux Mandla, l’anti-héros

Rancunier, arriviste, avide, mari trompé, voleur de cadavres… Mandla Mandela fait figure de parfait anti-héros en guerre avec le reste

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*