Afrique du Sud: motion de censure contre le président Zuma

Afrique du Sud: motion de censure contre le président Zuma
président Zuma

Le président sud-africain, Jacob Zuma, à Pretoria le 30 octobre 2012
© AFP/Archives Stephane de Sakutin

Les partis de l’opposition sud-africaine ont déposé jeudi au Parlement une motion de censure contre le président Jacob Zuma, critiquant pêle-mêle immixtion dans la justice, corruption et incapacité à résoudre les problèmes économiques du pays.

Dans un rare mouvement d’unité, les huit partis d’opposition représentés au Parlement ont demandé à l’Assemblée nationale de voter contre Zuma, qui est actuellement au centre d’une série de scandales.

« Le peuple d’Afrique du Sud peut témoigner de l’émergence d’un gouvernement et d’un pays différents de ceux envisagés par le président Nelson Mandela et ceux qui ont combattu pour libérer l’Afrique du Sud de l’oppression et permis un nouvel ordre démocratique en 1994 », ont-ils indiqué dans une déclaration commune.

Selon la Constitution, le président et son gouvernement doivent démissionner si l’Assemblée nationale adopte une motion de censure à l’Assemblée. Mais la démarche de l’opposition n’a a priori aucune chance de succès, le Congrès national africain (ANC) disposant de 264 sièges de députés sur 400.

Aucune date n’a été fixée pour le vote, que l’opposition souhaiterait à bulletins secrets afin que des députés ANC puissent voter contre Zuma.

La présidente du groupe parlementaire de l’Alliance démocratique (DA) –principal parti d’opposition– Lindiwe Mazibuko, a expliqué aux députés que Zuma était responsable d’un affaiblissement et d’une inquiétante politisation du système judiciaire, d’une spirale de corruption, de la montée du chômage et du ralentissement de l’économie.

Le droit à l’éducation a également été violé, de très nombreuses écoles n’ayant toujours pas reçu de manuels alors que l’année scolaire s’achève, a-t-elle rappelé.

La motion de censure intervient alors que Jacob Zuma –qui veut se succéder à lui-même au congrès de l’ANC en décembre– est en outre très critiqué pour avoir fait rénover aux frais du contribuable sa vaste demeure du KwaZulu-Natal (est), alors que des millions de Sud-Africains vivent toujours dans des bidonvilles.

Sa présidence a également vécu le pire massacre depuis la fin de l’apartheid, quand la police a abattu 34 mineurs en grève en août à Marikana (nord).

L’ANC a qualifiée de « frivole » la motion de censure, « un coup de publicité désespéré, sinon stupide, de la part d’un groupe de leaders de l’opposition qui cherchent à attirer l’attention », a estimé le parti.

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
afrique du sudoppositionpolitique

Related Articles

Sénégal: Pas moins de quinze chefs d’Etat ou leurs représentants attendus à la prestation de serment de Macky Sall

Plusieurs chefs d’Etat Africains ont déjà confirmé leur participation, lundi, à la cérémonie de prestation de serment de Macky Sall,

Centrafrique: Catherine Samba Panza enfin dans le vif du sujet après la prestation de serment

[GARD align= »center »] Catherine Samba Panza a pris ses fonctions jeudi après avoir prêté serment sur la constitution. Elue lundi par

Côte d’Ivoire : 11 avril, arrestation de Laurent Gbagbo

11 avril 2011 date symbole dans la vie politique ivoirienne. Ce jour-là capitulait l’ex-président Laurent Gbgabo, dans un combat à

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*