Afrique du Sud: six étudiants accusés de tentative de coup d’Etat

Afrique du Sud: six étudiants accusés de tentative de coup d’Etat
Des étudiants manifestent contre l'augmentation des frais de scolarité pour la rentrée prochaine, à Pretoria le 21 octobre 2015 en Afrique du Sud|AFP

Des étudiants manifestent contre l’augmentation des frais de scolarité pour la rentrée prochaine, à Pretoria le 21 octobre 2015 en Afrique du Sud|AFP

Six étudiants arrêtés mercredi pendant une violente manifestation contre la hausse des droits d’inscription devant le parlement ont comparu jeudi devant un tribunal de la ville du Cap pour répondre aux accusations de trahison, d’assaut et d’infraction de la National Key Points Act.

La police a porté plainte en accusant les six étudiants de haute trahison, ce qui consiste en conduite illégale commise par une personne devant allégeance à un Etat. En clair, les étudiants sont accusés de l’intention de renverser le gouvernement, de le poursuivre en recourant à violence, violant, menaçant ou mettant en danger l’existence, l’indépendance ou la sécurité de la République et en changeant la structure constitutionnelle de la République.

Lors du jugement, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le tribunal pour apporter leur soutien aux étudiants.

Mercredi, des milliers d’étudiants s’étaient rassemblés devant le parlement pour demander que les droits d’inscription de l’année 2016 n’augmentent pas. Des affrontements ont éclaté avec la police quand ils ont essayé d’entrer dans le parlement.

En fin de journée, des dizaines d’étudiants ont été arrêtés puis relâchés. Mais les six étudiants ont été maintenus en détention à cause de la gravité des charges retenues contre eux.

Les étudiants sud-africains dénonçaient une augmentation de 6 % des droits d’inscription par le gouvernement. La police a réprimé violemment les manifestations à coup de gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

La présidence sud-africaine a indiqué jeudi que le président Jacob Zuma devrait rencontrer la direction des universités ainsi que les leaders des étudiants vendredi à Pretoria pour discuter de l’impasse.

«Le gouvernement comprend tout à fait les pressions et difficultés que les étudiants originaires de foyers pauvres et de foyers modestes subissent en ce qui concerne les droits d’inscriptions élevés», a déclaré M. Zuma.

Les partis politiques ont accusé les autorités notamment le ministre de l’Enseignement supérieur de n’avoir rien fait pour prévenir et éviter ces violences.

Les étudiants ont manifesté leur colère à la suite de l’annonce de la décision de toutes les grandes universités d’augmenter les droits d’inscription de 10 % à 50 % pour l’année scolaire 2016. La raison évoquée est que le gouvernement a coupé les financements accordés à ces établissements.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
afrique du sudetudiants

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

L’ex-président sud-africain Nelson Mandela hospitalisé pour examens médicaux

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, a été hospitalisé samedi pour des examens médicaux qui étaient prévus, a annoncé

Afrique du Sud: Zuma nie vouloir prendre une cinquième femme pour ses vieux jours

[GARD align= »center »] Le président sud-africain Jacob Zuma a démenti avoir l’intention de prendre une cinquième femme pour l’accompagner pendant ses

L’Afrique du Sud accuse Israël de «défier le monde entier»

 [GARD align= »center »] Le chef de l’État sud-africain Jacob Zuma a accusé mercredi Israël de «défier le monde entier» et appelé

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*