Afrique du Sud: enquête sur la corruption au sommet de l’Etat

[GARD align= »center »]

Jacob Zuma

Le président sud-africain Jacob Zuma lors d’une conférence de presse, le 5 avril 2017 à Pretoria afp.com – PHILL MAGAKOE

La médiatrice sud-africaine de la République a annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête préliminaire après la révélation dans la presse de milliers de courriels accusant le président Jacob Zuma et ses proches de corruption dans l’attribution de marchés publics.

Les investigations conduites par Busisiwe Mkhwebane visent des accusations de « malhonnêteté » et « d’enrichissement illicite » par plusieurs hauts fonctionnaires d’entreprises publiques, a précisé le bureau de la médiatrice dans un communiqué.

Ces entreprises sont la compagnie ferroviaire Transnet, le transporteur Prasa et surtout l’électricien Eskom, dont le PDG Brian Molefe, un proche du chef de l’Etat, a été en quelques mois remercié, réinstallé puis à nouveau démis de ses fonctions.

Les courriels publiés dans la presse accusent notamment la puissante famille d’affaires Gupta d’avoir touché près de 370 millions d’euros lors de la signature d’un contrat entre Transnet et une entreprise chinoise pour l’achat de locomotives.

Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir s’est réjoui de l’ouverture de l’enquête, jugeant « nécessaire d’établir la véracité de ces courriels et des accusations ».

Le chef de l’opposition Mmusi Maimane a pour sa part exigé l’extension de l’enquête à tous les noms, dont ceux de ministres, et entreprises mis en cause dans les courriels publiés. Cette investigation « épargne les vrais acteurs » de la corruption, a regretté le dirigeant de l’Alliance démocratique (DA).

Ce nouveau dossier vient s’ajoute à une déjà longue liste d’affaires qui mettent en cause Jacob Zuma et son entourage.

En octobre dernier, la prédécesseure de Mme Mkhwebane, Thuli Madonsela, avait publié un rapport explosif où elle décrivait par le menu l’implication des Gupta dans la gestion des affaires de l’Etat et leurs pressions pour obtenir des contrats publics.

Ce rapport n’a pour l’heure pas été repris par la justice.

Si les scandales autour de Jacob Zuma irritent l’opposition, qui réclame régulièrement sa démission, ils ont également créé des remous au sein de l’ANC.

Deux camps s’y affrontent à quelques mois de la conférence qui doit en décembre désigner le successeur de M. Zuma en vue des élections générales de 2019. Les anti-Zuma sont menés par le vice-président Cyril Ramaphosa, alors que ses fidèles sont rassemblés derrière son ex-épouse et ancienne patronne de l’Union africaine (UA) Nkosazana Dlamini-Zuma.

Ces dernières semaines, M. Ramaphosa a plusieurs fois réclamé toute la lumière sur la corruption au gouvernement, mettant en garde contre les dérives d’un « Etat-mafia » en Afrique du Sud.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
afrique du sudcorruptionpolitique

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

La justice sud-africaine interdit provisoirement à Bechir de quitter le pays

Un tribunal sud-africain saisi par une ONG a interdit au président soudanais Omar el-Béchir de quitter le pays tant que

En Afrique du Sud, solidarité contre la pire sécheresse depuis un siècle

[GARD align= »center »] Dans la banlieue de Johannesburg, des volontaires ont organisé une grande collecte de bouteilles d’eau pour aider des

Afrique du Sud : Ce que Desmond Tutu pense du séjour de Béchir dans la Nation Arc-en-ciel

Le Président soudanais Omar El-Béchir a échappé à une arrestation en Afrique du Sud comme le souhaitait la Cour pénale

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*