Congo – Interview Alain Akouala: « J’ai une relation fraternelle avec Jean-Jacques Boya »

[GARD align= »center »]

Entrée du Président Denis Sassou Nguesso au conseil de ministres. Le 4 mai 2016 à Brazzaville.

Entrée du Président Denis Sassou Nguesso au conseil de ministres. Le 4 mai 2016 à Brazzaville.

Le gouvernement congolais a tenu son premier conseil de ministres ce mercredi 4 mai. Oeil d’Afrique a recueilli les premiers mots d’Alain Akouala qui fait sont retour à la tête du ministère des zones économiques.

Quelles sont vos impressions à l’issue de ce tout premier conseil de ministres?

Je suis honoré de faire partie de ce premier gouvernement de la nouvelle république et plus que tout de l’importance de mon département ministériel dans un contexte macroéconomique très particulier pour notre pays.

Les zones économiques ont précédemment souffert d’une absence de lois permettant ces créations. En combien de temps pensez-vous faire voter ces textes de loi ou ces décrets ?

Je ne comprends pas le sous entendu de votre question. Les textes constituant le cadre législatif et réglementaire des zones économiques spéciales seront devront être adoptés au plus vite. C’est ma première priorité.

Ma relation avec Jean-Jacques Boya est une relation fraternelle comme avec d’autres compatriotes.

Votre premier passage à ce même ministère et vos initiatives semblaient souffrir de la puissance du ministère des grands travaux. Comment comptez-vous réussir aujourd’hui ? Quelle sera votre relation avec Jean-Jacques Boya, le tout puissant ministre des grands travaux?

Mes initiatives n’ont jamais souffert de la puissance d’un quelconque ministère. Cependant nous étions dans structuration organisationnelle qui avait ses point forts et points faibles. Ma relation avec Jean-Dominique Okemba est une relation fraternelle comme avec d’autres compatriotes.

Comment votre ministère va répondre aux attentes de la jeunesse congolaise ?

Ce ministère est au cœur de la diversification de l’économie congolaise et donc au centre de l’action en faveur des attentes des jeunes en terme de formation et de création d’emplois . Il est susceptible de susciter à travers l’investissement privé une moyenne de 8000 emplois par an ce qui conduira incontestablement à la réorientation de tout le sytème de formation des jeunes générations.

Ce nouveau gouvernement fait déjà l’objet de critiques. La rupture prônée par le President Sassou semble déjà être très loin. La nomination des anciens ministres, ténors du PCT ne démontre t-elle pas le non respect des promesses de campagne du candidat Sassou?

Plusieurs initiatives seront mises en place par cette nouvelle équipe dirigée par le Premier Ministre, Clement Mouamba pour réussir la lourde mission que nous a confié le Président de la République, Son Excellence Denis Sassou Nguesso. Je vous signale également que ce gouvernement a une moyenne d’âge de 30 ans. Cependant, chacun peut faire ses commentaires.

Avec la chute des prix de matières premières et pour le Congo, le prix du pétrole. Comment pensez-vous attirer les investisseurs au Congo?

Le Congo a toujours été une destination dont le potentiel économique suscite un grand intérêt des investisseurs compte tenu des avantages concurrentiels que dispose notre pays. Le contre choc pétrolier est une excellente opportunité historique pour engager le processus de diversification de l’économie congolaise qui conduira à la création d’un tissus industriel à une économie réelle.

La communauté internationale appelle au dialogue inter congolais. Ne pensez-vous pas que cela soit la solution à la crise électorale de mars 2016 ?

J’ai accepté cette interview pour parler de mes activités et de mon action à la tête du ministère des zones économiques. Pour ce qui est des autres interrogations, je pense que mes collègues Ministre de la communication sera plus habilité à vous répondre. Pour ma part, Je m’excuse mais, il n’y a aucune crise électorale au Congo.

Roger Musandji
© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
Alain AkoualacongogouvernementMinistre

[fbcomments]

Related Articles

Congo-Brazzaville: Tirs nourris à la résidence du colonel Marcel Ntsourou

 [wp_ad_camp_3] La situation à Brazzaville, la capitale congolaise est des plus tendu depuis hier soir. Selon Jeune Afrique, au départ, il

Congo: bras de fer entre les Kolelas pour diriger le MCDDI face à Sassou N’guesso

Débarqué du gouvernement et remplacé par son frère Euloge Landry Kolelas, pour son opposition au projet de modification constitutionnelle pour

Litiges frontaliers: le Congo et le Gabon entament la délimitation dans les zones à problème

la première réunion de  la Commission technique mixte d’experts en matière de frontières, instituée par le protocole signé entre le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*