Angola: 51 morts de fièvre jaune depuis fin décembre

[GARD align= »center »]

Une patiente alitée dans un hôpital à Benguela, en Angola, le 19 mai 2007|AFP

Une patiente alitée dans un hôpital à Benguela, en Angola, le 19 mai 2007|AFP

L’épidémie de fièvre jaune qui sévit en Angola a fait 51 morts sur 240 cas suspects depuis le 30 décembre, selon un bilan communiqué lundi par les autorités sanitaires du pays.

« L’épicentre de l’épidémie se trouve dans la municipalité de Viana », ville située dans la banlieue est de la capitale Luanda, où « 29 décès et 92 cas » ont été recensés, selon la directrice nationale de la santé publique Adelaide de Carvalho.

Une campagne de vaccination a été lancée dans le pays, et 451.000 personnes ont déjà été immunisées, sur 1,5 million prévues.

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la fièvre jaune, une maladie hémorragique virale qui touche les régions tropicales d’Afrique et d’Amérique amazonienne. Elle peut cependant être combattue par la vaccination ou, à défaut, en se protégeant contre les piqûres de moustiques.

Le ministre angolais de la santé Jose Van-Dunem a appelé quant à lui la population à utiliser du Bactivec, un désinfectant pour les eaux stagnantes.

« La quantité de Bactivec distribuée s’est montrée efficace mais pas suffisamment par rapport au nombre de moustiques. Par conséquent, les gens doivent utiliser davantage ce produit », a expliqué le ministre.

L’Angola fait partie des pays d’Afrique où la vaccination contre la fièvre jaune est recommandée, bien que le pays n’ait pas connu d’épidémie depuis 1986, selon le ministre de la Santé.

AFP

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Angolaépidémiesanté

[fbcomments]

Related Articles

Brazzaville: un meeting pour dire «non à l’ingérence de la justice française dans les affaires du Congo»

La majorité présidentielle a organisé, samedi 15 septembre 2013, au boulevard Alfred Raoul, à Brazzaville, un grand meeting populaire sur

Kenya : Après son vilain geste, Koffi Olomidé arrêté

[GARD align= »center »] C’est les médias Kenyans où il séjourne qui l’ont confirmé. Koffi Olomidé a été arrêté ce vendredi 22

Kinshasa : retour au calme après une infiltration dans un camp militaire

[GARD align= »center »] Les autorités de la République démocratique du Congo ont affirmé mardi avoir déjoué une attaque d’un groupe d’inconnus

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*