Me Apévon doute de la sincérité du pouvoir pour l’application des recommandations de la CVJR

Me Apévon doute de la sincérité du pouvoir pour l’application des recommandations de la CVJR

[GARD align= »center »]

Me Dodji Apévon, le président du CAR.

Me Paul Dodji Apévon

Comment est-ce que les hommes politiques togolais apprécient-ils l’adoption de l’avant-projet de livre-blanc par le gouvernement togolais il y a bientôt une semaine ? Difficile de savoir parce qu’ils sont rare à accepter de se prononcer sur le sujet contrairement aux acteurs de la société. Le seul qui a abordé le sujet est Me Paul Dodji Apévon, le président du Comité d’action pour le renouveau.

En effet, pour ce leader de la Coalition Arc-en-ciel, le tâtonnement du gouvernement dans sa volonté de mettre en œuvre les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), n’est pas compréhensible.

« C’est le Chef de l’Etat qui a demandé qui a demandé la mise en place de la CVJR. S’ils n’ont pas envie d’appliquer les recommandations de cette institution, pourquoi ils l’ont mis en place ? Pourquoi mettre en place une institution qui vous fait des recommandations et vous allez mettre des années, en tournant en rond avant de revenir », s’est indigné Me Dodji Apévon.

Pour le président du CAR, la CVJR a produit 4 tomes de recommandations mais le gouvernement n’a rendu public qu’un seul et les trois sont devenus un mystère et beaucoup se posent la question par rapport à son contenu.

« Pourquoi faire le black-out total sur les autres rapports ? Au lieu de nous dire ce qui est dans ces rapports et d’aller à l’application des recommandations, on nous parle de livre-blanc. Livre-blanc pour faire quoi ? », se demande Me Apévon.

[GARD align= »center »]

Pour le leader de Arc-en-ciel, si le gouvernement mettait en œuvre rien que les recommandations contenues dans le rapport qui est publié notamment en ce qui concerne les réformes, le Togo se porterait mieux et le pays se serait sorti de certaines difficultés.

« On ne le fait, on tourne en rond et deux ans après, on nous parle de livre-blanc. Moi je mets en doute la sincérité et la volonté de faire quelque chose de réellement positif pour ce pays. Je n’y crois pas », a avancé Me Dodji Apévon qui ajoute qu’il l’adoption du livre-blanc par le gouvernement deux ans après, est une diversion.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
politiqueTogo

Related Articles

François Hollande en avocat des droits de l’homme et de la démocratie face à Kabila

Le président François Hollande s’est fait l’avocat des droits de l’homme et de la démocratie lors d’un entretien franc et

Des exclusions en cascade à l’UDPS

Timothée Nkombo Nkisi, Remy Massamba, Serge Mayamba, Alexis Mutanda et André Paluku sont notamment concernés par la décision de la présidence de

Le sommet de l’UA discutera des relations avec la CPI (ministre kényan des AE)

Le sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine qui se tiendra à Addis -Abeba le 12 octobre abordera la relation

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*