Athlétisme : Entre la France et le Congo, Jennifer Batu doit choisir

Athlétisme : Entre la France et le Congo, Jennifer Batu doit choisir

Après avoir entendu l’appel lancé par le ministre Opimbat aux sportifs de la diaspora, la lanceuse de marteau franco-congolaise espère pouvoir porter les couleurs de son pays d’origine.

Jennifer Batu doit choisir entre la France et le CongoÀ seulement 18 ans, la pensionnaire du Pôle Espoirs d’ErmontEaubonne est une étoile montante du lancer de marteau français. Avec un lancer à 58, 89 mètres, fin mai à Aix-les-Bains, elle a atteint les minima pour les Mondiaux juniors de Barcelone. S’y rendra-telle en vert-jaune-rouge ? C’est en tous cas son souhait. La fin de cemois pourrait bien être d’une intensité incroyable pour Jennifer Batu qui passe son baccalauréat STG (science technique de la gestion) cette semaine. Dans la foulée, elle pourrait prendre part aux Championnats d’Afrique d’athlétisme de Porto-Novo, au Bénin (27 juin-1er juillet), avant de participer aux Mondiaux juniors de Barcelone en juillet. En portant les couleurs du Congo, Jennifer Batu marcherait ainsi dans les pas de sa tante, Gisèle Donguet, membre de l’équipe nationale féminine de handball. Et elle pourrait rapporter une médaille au Congo, puisqu’en 2010, la
médaillée de bronze, la Togolaise Florence Ezeh, avait réalisé un lancer à 57, 94 mètres.

L’appel du Ministre Opimbat convainc la talentueuse lanceuse de marteau.

Pour le Congo, le renfort de la jeune athlète, née en France de mère du Congo Brazzaville et d’un père du Congo Kinshasa, serait une aubaine. Le lancer de marteau n’est pas une discipline en vogue au pays et Jennifer Batu incarne l’avenir brillant de la discipline en France (3e Française en junior, 16e toutes catégories confondues). Seulement, cette jeune femme de caractère souhaite représenter le Congo au plus haut niveau. « Je sais que je suis née, que j’ai grandi et été éduquée en France mais je me sens plus en phase avec les valeurs du Congo. Depuis que mes performances s’améliorent, l’idée de porter les couleurs du Congo est présente. J’ai décidé de franchir le pas ces dernières semaines, quand ma Mamie a vu l’appel du ministre Opimbat sur Télé Congo », a-t-elle expliqué. Résolument tourné vers les Jeux africains de Brazzaville, le sport congolais tient là l’occasion de se renforcer avec cette jeune femme qui aura 20 ans en 2015.

Souvent 4e en compétition, elle admet devoir travailler son mental.

Junior surclassée en Espoirs lors d’un meeting à Francfort, les 8 et 9 juin, la sociétaire du club de l’Entente Franconville Cesame se classe quatrième. « Aux championnats de France juniors 2010 et 2011, j’avais déjà échoué au pied du podium. C’est un aspect sur lequel il faut encore que je travaille, pour passer cette barre et atteindre les trois premières places. C’est mental », a-telle déclaré. Avec un jet à 58, 89 lors des Interclubs d’Aix-les-Bains, Batu se classe 5e , derrière des filles de trois ou quatre ans plus âgées. Elle réalise la meilleure performance de sa jeune carrière et dépasse surtout les minima qualificatifs pour les championnats du monde juniors de Barcelone qui auront lieu du 10 au15 juillet.

Une progression de onze mètres en 2011-2012

En seulement un an, la progression de Jennifer Batu a été fulgurante. En début de saison, sa première avec un entraîneur spécifique, Baptiste Lacourt, elle atteint 47 mètres. Dix mois plus tard, elle a progressé de plus de onze mètres. Dotée d’un sacré caractère, Jennifer Batu possède, selon son coach, une grosse marge de progression. « Je ne suis pas encore au maximum de ma performance. Je sais que je dois travailler les abdominaux pour améliorer mes lancers. Aujourd’hui, je fais 60 mètres à l’entraînement. Bientôt, je les atteindrai en
compétition. Pour les prochains Mondiaux de Barcelone, je vise les cinquièmes et sixièmes places », espère Jennifer. Plusieurs fois sacrée à l’échelle départementale et régionale (avec l’US Nemours, puis Franconville), elle est impatiente de se mesurer au top mondial de sa catégorie.

Après son baccalauréat, où elle vise une mention, Jennifer veut faire une Prépa HEC (la prestigieuse école des Hautes études commerciales), tout en conservant ses ambitions sportives. « Il faudra optimiser le temps d’entraînement et être très organisé dans la gestion des plannings », explique la jeune athlète qui vise, à terme, les Jeux Olympiques de 2016. En vert, jaune et rouge, bien évidemment.

Camille Delourme

 

 



Related Articles

Le mouvement olympique du Togo célèbre son Jubilé d’or

 [wp_ad_camp_3]  Créé le 16 février 1963, le Comité National Olympique Togolais (CNOT) célèbre cette année son 50e anniversaire. Les manifestations

Nigéria : Stephen Keshi n’a pas démissionné

[GARD align= »center »] Surpris d’apprendre sa démission dans pas mal de journaux ces derniers vingt heures, le sélectionneur des Super Eagles,

Ligue des champions : Mazembe éliminé par Espérance de Tunis

Le tenant du titre n’est pas près de lâcher son bien.Il reste certes une marche à franchir, en finale contre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*