Attaque de Bassam : deux militaires ivoiriens soupçonnés d’avoir eu « des contacts avec les djihadistes » mis aux arrêts

 [GARD align= »center »]

Un soldat ivoirien armé sur la plage de Grand-Bassam à 40 km d'Abidjan le 13 mars 2016 au lendemain de l'attentat qui a frappé la Côte d'Ivoire|AFP

Un soldat ivoirien armé sur la plage de Grand-Bassam à 40 km d’Abidjan le 13 mars 2016 au lendemain de l’attentat qui a frappé la Côte d’Ivoire|AFP

Deux militaires ivoirins, soupçonnés d’avoir eu « des contacts avec  les djihadistes » ayant participé à l’attaque de la station balnéaire de Grand-Bassam terroriste survenue le 13 mars 2016, ont été arrêtés pour « violation des consignes militaires », a annoncé le procureur militaire, Ange Kessi.

« On leur reproche d’avoir cohabité avec ces personnes, d’avoir échangé avec le chauffeur (ayant conduit les terroristes). Ils disent qu’ils ne savaient pas que c’était des djihadistes. On leur répond : “Vous auriez dû savoir” », a déclaré le commissaire du gouvernement Ange Kessi lors d’une conférence de presse à Abidjan.

Auditionnés, les deux militaires indiqué que « les djihadistes » habitaient leur « quartier (…) depuis longtemps », indiquant que le chauffeur du commando djihadiste les avait vainement sollicités pour de la drogue, a rapporté M. Kessi.

Dix neuf personnes avaient été tuées lors de l’attaque terroriste de réceptifs hôteliers sur une plage de la cité balnéaire de Grand-Bassam (43 KM à l’Est d’Abidjan).

© OEIL D’AFRIQUE

 [GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Attaque de Bassam

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire : le procureur de la république subitement débarqué

La nouvelle du limogeage du procureur de la république a d’abord circulé dans les milieux judiciaires et politiques de la

Les bidonvilles africains: Gobelet à Abidjan

[GARD align= »center »] Vous avez certainement pensé à ce verre à eau, que non. Vous avez tous faux ! Nous sommes aux

Côte d’Ivoire: Le PIT, un parti d’opposition, devient « membre observateur » de la coalition au pouvoir

[GARD align= »center »] Le Parti ivoirien des travailleurs (PIT), une formation politique de l’opposition en Côte d’Ivoire, a été admis comme

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*