Banjul: 37 manifestants dont le leader de l’UDP traduits devant la Haute Cour de Justice

[GARD align= »center »]

Image d’archive|DR

Banjul – Image d’archive|DR

L’avocat et secrétaire général du Parti démocratique unifié (UDP) et 37 autres manifestants ont plaidé, mercredi soir à Banjul, non coupables de six chefs d’accusation devant la Haute Cour de justice de Banjul.

L’avocat Ousainou Darboe, secrétaire général de United Democratic Party (UDP, Parti démocratique unifié) et au moins 37 autres manifestants contre des réformes politiques ont plaidé, mercredi à Banjul, non coupables devant la Haute Cour de justice. Une foule guettait l’arrivée des accusés, qui ont été présentés au juge pour prononcer les charges retenues contre eux, selon des sources d’Oeildafrique.  

19 manifestants arrêtés samedi, y compris M. Darboe, sont apparus aux côtés de 18 autres opposants interpellés jeudi 14 avril dernier, lors de la manifestation dirigée par Ebrima Solo Sandeng, secrétaire général à l’organisation de l’UDP.

Ils sont accusés de «rassemblement illégal», «d’incitation à l’émeute, à la violence» et «obstruction de la voie publique», «procession sans permis», «désobéissance» et «refus de se disperser après une procession illégale».

Une bataille juridique sur la mise en accusation a apposé l’avocat de la défense au procureur de l’Etat gambien. Les plaidoiries s’annoncent donc houleuses ce 21 avril dès la réouverture de l’audience. L’avocat principal de la défense et le ministère public restent divisés sur la libération sous caution des accusés. L’Etat a fait savoir que la défense aurait interféré dans les enquêtes.

Tandis que l’avocat des accusés a déclaré que les infractions présumées sont, après tout, des délits. Et donc les accusés ne doivent pas être traduits devant la Haute Cour de justice. La défense a également soutenu que ses clients peuvent bénéficier d’une libération sous caution en vertu des lois de la Gambie. Et mieux, les accusés ont passé le délai de 72 heures de garde à vue. Ce qui portait atteinte à leurs droits. M. Darboe et ses co-accusés sont incarcérés à la prison centrale Mile 2.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Banjul

[fbcomments]

Related Articles

Boko Haram revendique l’attaque de Baga, les pays voisins du Nigeria menacés

Boko Haram a revendiqué mardi soir la sanglante attaque de la ville de Baga, alors que le Nigeria et ses

Côte d’Ivoire : Un journaliste arrêté pour outrage au chef de l’État

Répondant à sa deuxième convocation à la brigade recherche de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire ce mercredi le directeur

La Chine cajole les journalistes africains face à l’Occident

[GARD align= »center »] Voyages de presse, séminaires de formation, rénovation de médias : Pékin tente d’influencer le discours sur la Chine

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*