Bénin : La demande d’extradition de Patrice Talon rejetée par la Cour d’Appel de Paris

Bénin : La demande d’extradition de Patrice Talon rejetée par la Cour d’Appel de Paris

[wp_ad_camp_3]

l’homme d’affaire béninois Patrice Talon(Photo Oeildafrique)

L’homme d’affaire béninois Patrice Talon(Photo Oeildafrique)

Renvoyée le 23 octobre dernier par la Cour d’Appel de Paris, la décision d’extradition de la France vers le Bénin de l’homme d’affaire béninois Patrice Talon a finalement été rendue. Patrice Talon, et de l’un de ses proches, Olivier Boko, tous deux, exilés en France, pour avoir été accusés de commanditer la « tentative d’empoisonnement du président Boni Yayi » et à celle « de tentative d’atteinte la sûreté intérieure de l’Etat» ne seront pas extradés vers le Bénin.
C’est la conclusion finale de la chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Paris qui a simplement rejeté la demande d’extradition formulée par les autorités béninoises.

Arrivée avec un large sourire Patrice Talon s’est montré très confiant. Pour cette nouvelle comparution, M. Talon et son proche Olivier Boko ont bénéficié du soutien de plusieurs personnes qui ont fait le déplacement du Palais de Justice. Les couloirs du palais de justice étaient bondés de monde où l’on a remarqué des accolades de joie entre les soutiens de l’homme d’affaire béninois. Spécialement pour ce mercredi, la Salle de l’audience était complètement pleine à craquer. Après les formalités de toujours, le juge d’instruction prononce le rejet de la demande d’extradition formulée par le Bénin et condamne le Bénin aux dépens.

« C’est une satisfaction pour moi. Je l’ai espéré, c’est arrivé comme on l’a souhaité et pensé. Je remercie la justice française, celle de chez moi également parce qu’ils ont eu beaucoup d’actes de courage. Un juge en fait les frais et j’ai une pensée pour lui. Je dis tout simplement vive le Bénin et c’est un combat pour la démocratie pour le Bénin », a déclaré Patrice Talon à sa sortie de l’audience. Sur l’impossibilité pour lui de se rendre désormais au Bénin jusqu’à nouvel ordre, Patrice Talon déclare : « La dérive autocratique existe déjà et est visible. Le reste le peuple qui est en train de réagir et qui ne veut pas se laisser faire aura le dernier mot ».

L’Etat béninois dispose de 7 jours pour se pourvoir en cassation contre la décision rendue. Patrice Talon pour sa part devra patienter pour récupérer sa caution de 300 000 euros après les 7 jours. Le 23 octobre dernier, le Parquet français a basé sa réquisition de renvoie du dossier autour de trois point à savoir : Dossier incomplet, aucune information sérieuse sur les faits et garantie incertaine d’une justice impartiale.

La décision rendue ce mercredi est évidemment un sujet de satisfaction pour les avocats de la défense de patrice Talon et de Olivier Boko emmenée par l’avocat William Bourdon. Ce dernier, a toujours dénoncé un coup monté par l’Etat du Bénin contre ses clients. « On est content. La Cour d’appel prend en compte tous nos arguments, l’avis défavorable est rendu malgré l’acharnement hors norme au vu des moyens utilisés par l’Etat béninois pour avoir M. Talon et Boko (…).  En France, on extrade pas quelqu’un lorsque cette extradition n’est qu’une masque de persécution politique.», a déclaré William Bourdon. A signaler également le départ il y a quelques jours du juge béninois en charge de l’affaire pour les Etats-Unis où il a demandé un asile politique.

 [wp_ad_camp_2] 

Eclatée le 22 octobre 2012 à l’occasion d’un voyage présidentiel de Thomas Boni Yayi, le chef de l’Etat béninois, en Europe pour prendre part à une session de l’Union européenne à Bruxelles en tant que Président en exercice de l’Union Africaine (UA), l’affaire de « tentative d’empoisonnement du président Boni Yayi » et à celle « de tentative d’atteinte la sûreté intérieure de l’Etat » reste une affaire aux contours flous aux yeux des béninois et au-delà, des africains.

L’homme d’affaire Patrice Talon et son bras droit Olivier Boko échappent ainsi aux affres de la justice béninoise qui aura du mal à les avoir.

Roger Musandji et Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
BéninprocèsTalon

Related Articles

Coopération militaire: Abuja met fin à la formation de ses soldats par Washington

 [GARD align= »center »] Abuja vient de mettre fin à la formation d’un bataillon de son armée par des soldats américains pour

Le Togo frappe à la porte du Commonwealth

[GARD align= »center »] Tractations diplomatiques et missions d’experts s’enchaînent au Togo, l’ancienne colonie française ayant entamé les démarches pour rejoindre l’espace

Togo : Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour la sécurité routière

[GARD align= »center »] Trop d’accidents sur les routes togolaises depuis 2009 à ce jour et les autorités togolaises ont décidé de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*