Bénin: Les autorités en guerre contre les sachets plastiques non biodégradables

Bénin: Les autorités en guerre contre les sachets plastiques non biodégradables

[GARD align= »center »]

sachets plastiques au beninLes sachets plastiques seront interdits au Bénin dans les semaines qui viennent. Suivant l’exemple de la Mauritanie et le Rwanda, le Bénin envisage une loi dans ce sens. Une proposition de loi visant à interdire la fabrication et la commercialisation des sachets plastiques est en étude. Il s’agit d’une loi qui a été introduite par le député Azizou El Hadj Issa. Dans son projet, il a proposé des mesures d’accompagnement pour ceux qui travaillent dans le secteur. Entre autres mesures, on note la reconversion des usines de production de sachets plastiques.

« La prise d’une loi interdisant l’entrée, la vente et l’utilisation au Bénin des sachets en plastique aura le mérite de soigner le visage de l’environnement urbain et rural de notre pays, de rendre fluide la circulation des eaux potables ou usées, d’éviter la mort d’animaux par suite de consommation de ces sachets indigestes, de préserver la santé des populations aux risques de cancer », explique le député.

Pour lui, les populations béninoises ont perdu l’habitude des emballages qu’on faisait avant, ce qui fait que l’environnement est inondé de sachets plastiques. « Ils achètent n’importe quoi, il faut qu’ils le mettent dans les sachets plastiques, un bout de pain ; ils vont à la pharmacie ; une petite boîte de Doliprane, ça se retrouve dans les poubelles et après les poubelles ça se retrouve dans les décharges publiques », s’est plaint Clément Kotan, directeur de l’unité de protection de l’environnement. L’association soutient l’initiative de cette loi qui se trouve actuellement en étude à l’Assemblée nationale.

Pour ce responsable d’association de protection de l’environnement les sacs plastiques ne sont pas biodégradables, le sol est en quelque sorte empoisonné. « Quand ils sont quelque part, rien ne peut pousser, ils créent un véritable problème à nos terres et des fois ça se retrouve même dans la mer, on a vu des gens acheter des poissons qu’ils ont voulu manger et on a retrouvé dans leur ventre des plastiques », a dit Clément Kotan.

Mais le seul souci concernant l’adoption de cette loi est l’influence de l’industrie des sacs et sachets plastiques qui génère beaucoup d’argent. Ainsi, Clément Kotan dénonce ce lobbying qui a fait que jamais on a évolué jusqu’à l’étape où on en est aujourd’hui. Cependant, il assure que tout sera mise en œuvre pour arriver à l’adoption de cette loi.

En effet selon les chercheurs, les sacs plastiques ont des effets cancérigènes lorsqu’ils sont utilisés pour des aliments chauds, consommés ensuite par l’homme. Leur usage est responsable de la pollution physique de l’environnement, de l’effet de bouchage des canaux de conduite et d’évacuation des eaux et des déchets liquides divers, de la mort de plusieurs animaux domestiques et sauvages suite à leur ingurgitation.

[GARD align= »center »]

Il est clairement établi que ces sachets plastiques mettent entre 200 à 400 mille ans avant de se dégrader. Ce qui nécessite que les Etats les interdisent et obligent les producteurs à ne produire que des sachets plastiques biodégradables.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Béninplastiquessachets

Related Articles

Crash de Sénégal Air: la thèse de l’abordage confirmée, des enquêtes ouvertes

Le bimoteur HS 125 de la compagnie Sénégal Air, qui s’est écrasé samedi 5 septembre au large de Dakar a eu

Niger: vote lundi au Parlement sur l’envoi de troupes au Nigeria contre Boko Haram

Le Parlement du Niger se réunira lundi pour voter l’envoi de troupes au Nigeria afin de lutter contre le groupe

Guinée : Opération de ratissage à la frontière avec la Sierra Leone pour mettre un terme à Ebola

Ebola – Depuis le début de la semaine, le gouvernement guinéen mène une opération de ratissage à grande échelle dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*