Bénin : Les syndicats assignent Yayi Boni en justice ; la situation devient tendue

Bénin : Les syndicats assignent Yayi Boni en justice ; la situation devient tendue

[GARD align= »center »]

Le président béninois Thomas Boni Yayi

Le président béninois Thomas Boni Yayi

Au Bénin, les Secrétaires Généraux des Confédérations syndicales et de la Fesyntra-Finances ont déclenché des mouvements de grève depuis le 07 Janvier 2014. Ces mouvements font suite à la répression sauvage et barbare de la marche pacifique de protestation du Vendredi 27 décembre 2013 à la Bourse du Travail par les éléments de police sous les ordres du Commissaire central de la Ville de Cotonou, Pierre Agossadou et du Préfet de l’Atlantique-Littoral, Placide Azandé.

Tout ce qu’il faut dire à l’état actuel est que les différentes motions de grèves sont largement suivies par les travailleurs béninois qui sont tout de même intimidés ainsi que les manœuvres de démobilisation orchestrées par le gouvernement béninois qui s’appuie sur l’Union nationale des Syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb).

Dans cette atmosphère, les organisations syndicales n’ont pas digéré les propos tenus par le président béninois, Thomas Yayi Boni devant des jeunes de son pays qui étaient allés lui présenter les vœux. Les Secrétaires généraux des syndicats qualifient les déclarations du Chef de l’Etat béninois des insanités. Ainsi, ils annoncent avoir assigné le président béninois en justice.

« Face à une atmosphère sociale chauffée à blanc depuis quelque temps, au lieu de saisir l’opportunité de la présentation des vœux de la jeunesse, pour apaiser les cœurs meurtris, le Président de la République, coutumier du fait, dans un réquisitoire-fleuve a, non seulement, proféré des menaces graves contre les Secrétaires Généraux des Confédérations et Fédération syndicales en lutte, mais les a également accusés de corruption sans en fournir la moindre preuve », font remarquer les Secrétaires Généraux des Confédérations et Fédération syndicales béninois qui indiquent que compte tenu de la montée vertigineuse de la tension sociale et la gravité des faits, les négociations en cours avec le pouvoir ne peuvent plus aboutir du fait du comportement du pouvoir. Ils expriment leur regret par rapport à la sortie théâtrale regrettable du Président béninois.

Les Secrétaires généraux accusent Boni Yayi d’être dans un rôle de diversion pour masquer son accointance avérée, dans les faits graves de crimes économiques dont il tente d’imputer la responsabilité aujourd’hui à Monsieur Talon, son ami intime d’hier.  Ils informent le pouvoir qu’ils n’ont aucune responsabilité directe ou indirecte à assumer ou à partager dans les déboires actuels ou à venir du Président avec Monsieur Talon son ami qu’il s’évertue à présenter aujourd’hui comme le diable ou l’ennemi public numéro 1 de la République béninoise.

« Nous ignorons tout de la filière Talon. Toutefois, nous prenons très au sérieux les menaces de mort, proférées par le Chef de l’Etat, à l’encontre des Secrétaires Généraux, en cette période de grande insécurité dans notre pays où des crimes de sang commis n’ont jamais pu être élucidés jusqu’à ce jour par le gouvernement pourtant garant de la sécurité des personnes et des biens dans notre pays. Il s’agit des assassinats crapuleux de Madame Agbossou Sohoundji Bernadette, ancien Ministre, Djenontin Sébastien, Ex Professeur à l’Epac (Uac), la disparition mystérieuse de Monsieur Pierre Urbain Dangnivo et de la lâche et ignoble tentative d’assassinat perpétré sur la personne de Monsieur Assogba Martin, Président de l’Ong Alcrer », indiquent ces responsables syndicaux qui annoncent que Boni Yayi sera responsable des malheur qui pourrait leur arriver.

Concernant l’assignation en justice, ils estiment que le Président Boni Yayi a souillé leurs honneurs et réputations et doit impérativement exhiber les preuves irréfragables de ses insinuations selon lesquelles les Secrétaires Généraux ont pris effectivement de l’argent chez celui qu’il imagine dans le cadre des mouvements de grève en cours. « Nous faisons cela surtout pour qu’il soit mis un terme au discrédit qu’on jette avec légèreté sur la personne des Secrétaires Généraux. Que le Président cesse de nous jeter en pâture à la population », expliquent-ils.

[GARD align= »center »]

Pour finir, ces responsables syndicaux demandent au gouvernement béninois de cesser de provoquer les Secrétaires Généraux des Confédérations qui revendiquent la liberté pour le peuple et les travailleurs, l’égalité de chance des citoyens pour les concours et la sécurité pour tous sans discrimination aucune. Ils lancent un appel au gouvernement pour qu’il prenne la mesure des choses et … convoquer quand bon lui semblera les vrais partenaires sociaux qui lui ont posé des problèmes d’intérêt national pour le démarrage du dialogue sans la présence des perturbateurs et intrus.

Didier Assogba
© Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
BéninjusticeSyndicatsYayi Boni

Related Articles

Italie: Cécile Kyenge, une congolaise nommée ministre de l’Intégration en Italie

Cécile Kyenge Kashetu, professeure d’ophtalmologie et personnalité politique italienne, est nommée ce 27 avril 2013 ministre de l’intégration, originaire de

Jeux de la Francophonie: la mystérieuse disparition des basketteuses congolaises à Nice

En marge des Jeux de la Francophonie à Nice, le vice-ministre des sports du Congo réclame une enquête après la

RD CONGO : Kagamé, le trouble-fête ?

C’est une révélation troublante. Le Rwanda soutiendrait la rébellion de fidèles du jeune général Bosco Ntaganda alias Terminator regroupés dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*