Bénin : Yayi Boni éprouve des difficultés pour se trouver un successeur dans son camp

Bénin : Yayi Boni éprouve des difficultés pour se trouver un successeur dans son camp
Le président béninois Boni Yayi|Wilson Dias/ABr

Le président béninois Boni Yayi|Wilson Dias/ABr

L’élection présidentielle de 2016 au Bénin approche à grandes enjambées. Et à quelques mois de cette échéance électorale, Yayi Boni cherche à recoller une mouvance présidentielle pratiquement en lambeaux. Le chef de l’Etat béninois a réuni les ténors de son camp en début de semaine au Palais des Congrès. La rencontre s’est déroulée loin des projecteurs des médias.

«Le 5 ou le 6 avril 2016, je vous dirai un grand merci. D’où je serai après, au Bénin ou à l’extérieur, je vous porterai toujours dans mon cœur. Je continuerai autrement le combat avec vous», a confié Yayi Boni aux participants de la réunion.

Le président béninois est bien conscient qu’en avril 2016, il devra quitter la tête du pays et vivre une nouvelle vie.

Alors que tout le monde aurait pensé que Yayi Boni pourra laisser le pouvoir à un leader de sa mouvance, l’économiste qui a régné sans partage à la tête du Bénin pendant dix (10) ans regrette une chose : le fait de n’avoir pas préparer un dauphin.

Même si ces derniers mois, d’aucuns ont estimé que le nouveau Premier ministre, Lionel Zinsou pourrait être désigné pour le compte de la Majorité présidentielle lors de la prochaine élection pour la magistrature suprême, Yayi Boni n’a pas de dauphin. L’homme n’a jamais désigné un successeur à la tête du pays. Plusieurs accusent le futur ex-président de manque de volonté politique. 

Toutefois, rien n’est encore perdu. Le camp semble avoir trouvé une porte de sortie qui est l’organisation des primaires. Mais à moins de cinq mois de l’élection présidentielle, cela semble un peu tirer par les cheveux.

 On retiendra de la rencontre entre Yayi Boni et les leaders de son camp que l’équation est plutôt dure à résoudre mais le dernier mot reviendra au président sortant.

«Le choix final sera fait après consultation de tous. Que chacun puisse l’accepter quel que soit son âge, car ce n’est pas une affaire d’âge, c’est Dieu qui donne…», a exhorté M. Boni.

Ne pouvant pas faire sauter le verrou de l’article 44, Yayi Boni a dû se résigner parce qu’ayant compris le message que la société civile lui envoie en ce qui concerne une tentative de violation de la Constitution.

Ainsi, la candidature qui était pressentie n’a pas été officialisée par le Président. Déjà qu’elle divise la mouvance présidentielle qui a perdu plusieurs de ses caciques. 

Yayi Boni a également reconnu devant les siens que dans sa gestion de ces dix dernières années, «tout n’a pas été rose». 

A son ancien ami, devenu son meilleur ennemi Patrice Talon, Dr Boni n’a pas manqué de lui envoyer un pique.

«Je n’étais pas venu en 2006 pour servir un homme, mais plutôt ma patrie. Certains ne m’ont pas compris. Ils ont tenté de me manipuler, de me piéger. Mais je les ai piégés à mon tour», a-t-il dit.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
BéninYayi Boni

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Recherche agronomique « forêt-savane humide »: Retour à Abidjan de la direction régionale Afrique de l’Ouest

[GARD align= »center »] La direction régionale Afrique de l’Ouest du Centre de coopération internationale de recherche agronomique pour le développement (CIRAD),

Présidentielle au Niger : Issoufou favori face au boycott de l’opposition

[GARD align= »center »] Le président sortant Mahamadou Issoufou est largement favori du second tour de la présidentielle dimanche au Niger, sur

Bénin : Le gouvernement va mobiliser 5629 milliards pour la réalisation des grands projets

[GARD align= »center »] Le gouvernement Béninois projette une table ronde destinée à mobiliser 5629 milliards Fcfa pour financer des grands projets

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*