Bien Mal Acquis: Transparency international mis à mal

Bien Mal Acquis: Transparency international mis à mal

France 2 est revenu le jeudi 17 janvier par son émission « Envoyé Spécial » sur l’épineux dossier des « Biens Mal Acquis ». Une mission de discréditation des dirigeants africains rondement menée par une journaliste qui a basé son reportage uniquement sur de la dénonciation gratuite et sans preuve.

 

Oui, l’Afrique va mal. Oui l’Afrique est gangréné par une corruption que nous devons tous dénoncer. Mais cette même corruption n’est pas une institution mais bien le résultat d’un système mise en place par ceux-là même qui aujourd’hui voudraient nous faire croire qu’elle serait une maladie purement africaine. La France par exemple a durant de nombreuses années permis à des industriels d’être exonéré d’impôts concernant les enveloppes de corruptions destinées à l’Afrique.

 

L’acharnement de la presse française sur la Guinée Equatoriale et du fils de son président Theodorin Nguema Obiang frise le ridicule. Dire cela ne vaut en rien un soutien à l’enfant capricieux. Pour comprendre cette salve d’attaques contre ce pays, il faut regarder du côté des relations Franco-Guinéenne. Il n’aura échappé à personne le désir de la Guinée de quitter la zone CFA surtout la remise en cause des accords de coopération entre les deux états.

 

Dans la vidéo que nous vous proposons plus bas, François Ndegwe, fondateur d’Africa Advisory Board met à mal les arguments sans fondement de Transparency international qui est l’ONG exécutant les souhaits des gouvernements occidentaux.

 

Ainsi Mr Ndegwe s’étonne et demande à cette ONG d’où tient-elle le droit d’attaquer en justice des chefs d’états africains ? Et de proposer une enquête sur le Franc CFA, qui a ses réserves en France. En effet, Transparancy devrait se demander pourquoi des pays, 50 ans après leurs indépendances ont des réserves détenu dans le trésor français.

 

Bien mal acquis oui, mais à qui cela profite t-il réellement ? Les banques occidentales qui réalisent les transferts d’argent ? Aux grandes entreprises du luxe qui ne refusent jamais de fermer une boutique pour recevoir comme des rois les acheteurs africains ?

 

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
bongofranceObiangsassou

Related Articles

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 19/04/2012 RDC : Matata Ponyo, nouveau Premier ministre KINSHASA — Le président de la

Ecoutes téléphoniques : Le journal « Libération » publie un rapport qui incrimine Nicolas Sarkozy

[GARD align= »center »] Nicolas Sarkozy a-t-il usé de son influence pour obtenir des renseignements sur une affaire judiciaire le concernant ?

Gabon: le dialogue politique voulu par Bongo se précise, sans Ping

[GARD align= »center »] Le calendrier politique s’est accéléré mardi au Gabon, avec la fin des préparatifs du « dialogue politique » voulu par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*