Biennale de l’art africain contemporain: Le top départ est donné

Biennale de l’art africain contemporain: Le top départ est donné

[GARD align= »center »]

Biennale de l’art africain contemporain: Le top départ est donné

Dak’Art 2014 |Biennale de l’art africain contemporain: Le top départ est donné

Les trois commissaires du Dak’Art 2014 ont le souci de bien réussir. Abdelkader Damani, Elise Antagana et Smooth-Ugochukwu Nzewi, qui sont les trois commissaires ont annoncé, jeudi à Dakar, les couleurs artistiques.

Place du souvenir africain. C’est là, au bord de la mer, que les trois commissaires de la onzième édition de l’art africain contemporain ont échangé, jeudi, avec les nombreux journalistes accrédités. Il s’agissait d’échanger sur ce que va être cet événement qui s’ouvre officiellement vendredi à Dakar.

L’Algérien Abdelkader Damani précise que 61 artistes vont participer à l’exposition In, et 96 % des œuvres sont arrivées. «Je ne pense pas à un échec de l’événement. Ce que j’ai peur, c’est de réussir. A ce stade, je peux vous dire que 96 % des œuvres sont arrivées», a répondu le commissaire, suite à une interrogation d’un journaliste. Le reste, c’est-à-dire les 04 %, Abdelkader Damani affirme qu’il n’en s’inquiète pas. Ainsi, une fois les œuvres arrivées à Dakar, elles seront acheminées aux différents lieux de l’exposition.

[GARD align= »center »]

Pour cette édition 2014, les commissaires (Abdelkader Damani, Elise Antagana et Smooth-Ugochukwu Nzewi) annoncent des innovations par rapport aux précédents événements. Il s’agit d’abord, selon Elise Antagana, du choix du thème «Produire le commun». «C’est une manière dire de faire ensemble, de réfléchir ensemble. C’est une somme des additions pour reporter en commun ce que l’on a», explique la Camerounaise.

Elise Atangana met l’index sur les thèmes problématiques comme l’urbanisation, le passé colonial, l’architecture, l’environnement, l’amour et le sentiment. Une autre découverte dans ce Dak’Art reste les deux séquences de l’exposition. «La première particularité de l’exposition consiste à donner une œuvre supplémentaire non identifiable. C’est ce qu’on va appeler l’exposition Anonymous», explique l’Algérien.

L’autre séquence concerne l’exposition In, qui regroupe des œuvres des différents artistes présents à la biennale. «Il s’agit de montrer des œuvres qui ne sont pas vues ailleurs. C’est une véritable volonté de revenir à la forme des objets », lance le commissaire d’origine maghrébine. Et une troisième innovation qui clôt ce chapitre, demeure l’installation du pavillon pour chaque pays pour faire, selon Abdelkader Damani, «cette biennale un point de convergence de la diversité culturelle» jusqu’au 08 juin prochain.

[GARD align= »center »]

Donc, le Dak’Art 2014, avec son commissariat à trois têtes, incarne, d’ores et déjà, le symbole de l’Afrique au pluriel. Élise Atangana, originaire du Cameroun, qui se charge plus particulièrement des artistes de la diaspora, vit en France. Quant à Abdelkader Damani, Algérien, veille à la sélection du Maghreb. Et le Nigérian Smooth-Ugochukwu Nzewi est responsable de l’Afrique subsaharienne. Il vit aux États-Unis.

Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
Dak’Art 2014

Related Articles

Top 10 des danses africaines les plus populaires

[GARD align= »center »] Les danses africaines sont nombreuses et font la fierté de leur pays d’origine. Du Ndombolo pour la RD

Lomé: Magic System débarque pour deux concerts géants

[GARD align= »center »] Dans le cadre de sa tournée internationale «Africainement tour» initiée pour la promotion de son nouvel album dénommée

Exhibit B: Nègre face à la Culture dominante

 [GARD align= »center »] Ce matin.. Samedi 29 novembre 2014, 6 heures et quelques minutes affichées sur l’écran de mon téléphone.. j’ai

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*