Biens mal acquis: Obiang, Sassou et Bongo en passe de porter plainte contre Transparency

[GARD align= »center »]

Teodoro Obiang Nguema

Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema

« L’achat de biens en Europe n’est pas interdit par une quelconque disposition nationale ou internationale. Un pays tiers ne peut [pas] non plus déclarer illégaux des biens en provenance d’un autre pays », affirme le président de Guinée équatoriale.

Teodoro Obiang a annoncé qu’il porterait plainte, avec les présidents gabonais Bongo et congolais Sassou Nguesso, eux aussi concernés dans l’affaire des « biens mal acquis », contre l’ONG Transparency International, partie civile du procès.

« Je vais me concerter avec le fils de Omar Bongo, et avec [Denis] Sassou Nguesso, qui sont aussi confrontés à cet affaire des biens mal acquis. Je vais me réunir avec Bongo, me réunir avec Sassou Nguesso et nous allons ensemble porter plainte contre Transparency International », a-t-il dit le 6 juillet lors d’une conférence de presse à l’issue du 6e congrès du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir), à Bata, capitale économique du pays.

L’ONG Transparency International est partie civile au procès de Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen, jugé à Paris dans l’affaire des biens mal acquis, qui se tient devant le tribunal correctionnel de Paris depuis le 19 juin.

« L’achat de biens en Europe n’est pas interdit par une quelconque disposition nationale ou internationale. Un pays tiers ne peut [pas] non plus déclarer illégaux des biens en provenance d’un autre pays. Dans ce cas, une propriété acquise en France avec de l’argent légalement gagné en Guinée équatoriale ne peut être considéré comme un bien mal acquis », a poursuivi le chef d’Etat âgé e 74 ans.

« La justice [française] ne peut pas faire de la politique internationale contre un gouvernement à travers ses institutions extérieures. Et comment est-ce possible que le gouvernement français soit incapable d’amener la justice à respecter les accords de coopération réciproques que la France a souscrite avec la Guinée Équatoriale ? C’est un aspect qui s’apparente à de la mascarade », a asséné Teodoro Obiang, au pouvoir depuis 1979.

Jeudi, la défense du vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, a dénoncé, à Paris et au dernier jour du procès, une « ingérence dans les affaires d’un Etat souverain ».

Mercredi, le parquet national financier a requis contre lui une peine de trois ans de prison, 30 millions d’euros d’amende et surtout la confiscation des biens saisis pendant l’enquête, qui dépassent les 100 millions d’euros.

Le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement le 27 octobre.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Biens mal acquisbongoObiangsassouTransparency

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Burundi: le Conseil de sécurité vote l’envoi d’une police de l’ONU

[GARD align= »center »] Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi à l’unanimité une résolution visant à ouvrir la

Troubles de lundi à Brazzaville : 17 morts selon un bilan provisoire du gouvernement

[GARD align= »center »] Dix-sept personnes ont été tuées lundi dans l’attaque terroriste ayant visé les quartiers sud de Brazzaville et l’intervention

RDC: des militants congolais arrêtés à Goma, deux Belges pris à partie

Une dizaine de militants congolais de l’organisation Lutte pour le changement (Lucha) ont été arrêtés mardi à Goma, dans l’est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*