Boni Yayi à l’Elysée : France-Afrique ou pas France-Afrique…

Boni Yayi à l’Elysée : France-Afrique ou pas France-Afrique…

Le président français François Hollande et son homologue béninois Thomas Boni Yayi, le 29 mai 2012 à l'Elysée, à Paris.

On ne sait que trop, François Hollande a été préféré à Nicolas Sarkozy le 06 mai dernier non pas pour les recettes miracles qu’il entend produire pour éradiquer la misère africaine, mais pour le programme de croissance continue qu’il s’est engagé à défendre pied-à-pied pour relever le panier de la ménagère dans l’Hexagone.

Vue sous cet angle, la visite que le président Boni Yayi a rendue hier au nouveau locataire de l’Elysée passera comme un non-événement aux yeux de bien des Français.

C’est tout juste si ceux qui y prêteront attention ne s’en gausseront pas comme de la réédition d’un rituel bien huilé depuis les indépendances :

un potentat nègre qui vient encore négocier des facilités de caisse pour le difficile bouclage de ses fins de mois.

Il n’empêchera que, pour les politologues afro-tropistes, François Hollande est très attendu sur les relations franco-africaines, lui qui a promis de s’engager dans une logique de rupture vis-à-vis du passé.

Quoiqu’on en pense, c’est à un double titre qu’il aura reçu le premier chef d’Etat africain subsaharien : en tant que président du Bénin, d’abord, un pays dont l’économie est en passe d’être naufragée par la piraterie maritime qui frappe le golf de Guinée et contre laquelle il est allé quémander le secours de la France comme du reste il l’avait déjà fait le 8 janvier 2011 auprès de Sarkozy ;

ensuite, Boni Yayi est également président en exercice de l’Union africaine, et à ce titre, il a plaidé auprès de son homologue français des dossiers vitaux pour notre continent telles la crise alimentaire, au sujet de laquelle le dernier sommet du G8 est resté bien en deçà de toutes les attentes, ou encore la partition du Mali, au nord duquel se profilent des risques de talibanisation ; sans compter des questions tout aussi brûlantes que les négociations entre les deux Soudan, qui se sont ouvertes hier à Addis-Abeba. Et tout cela en attendant la rencontre très prochaine avec le président en exercice de la CEDEAO, l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara.

Comme on le voit si bien, France-Afrique ou pas France-Afrique, droite ou gauche à l’Elysée, les relations entre l’ancienne puissance tutrice et ses anciennes colonies d’Afrique épouseront toujours un tour particulier.

En effet, si la France ne va à cette Afrique-là, c’est cette Afrique qui ira d’elle-même à la France pour des raisons bien évidentes.

Agnan Kayorgo

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
boni yayielyseeFrance-Afrique

Related Articles

Un hacker affirme avoir pris le contrôle d’un avion

Sueurs froides dans les airs. Un hacker a déclaré au FBI avoir pris les commandes d’un avion de ligne de

RDC: les rebelles du M23 attaqués à l’arme lourde dans les montagnes de l’Est

Les rebelles du M23 ont affirmé lundi matin que l’armée avait repris ses attaques « à l’arme lourde » contre leur dernier réduit dans

Attaques anti-américaines: Obama parle de sécurité avec la Libye et l’Egypte

Le président américain Barack Obama a appelé les dirigeants d’Egypte et de Libye pour discuter de leur coopération dans le

1 commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*