Boxe: Guillaume Soro demande des « monuments » pour la mémoire de Mohamed Ali

by Patrice Allegbe | 5 juin 2016 13 01 08 06086

[GARD align= »center »]
Guillaume Soro (G) et Mohamed Ali (D). Montage © OEIL D’AFRIQUE

Guillaume Soro (G) et Mohamed Ali (D). Montage © OEIL D’AFRIQUE

Pour la mémoire de l’ancien boxeur américain Mohamed Ali, triple champion du monde, décédé vendredi à l’âge de 74 ans à Phœnix, en Arizona (Etats-Unis), le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, demande l’érection de « monuments » à son honneur, dans une note.   

« Que des rues et boulevards d’Afrique, que des monuments et des salles de sport, que la préservation sacrée de notre dignité saluent la mémoire de cet immense combattant, cela ne dépendra que de nous, qui avons la grâce de lui survivre ! », a écrit M. Soro.

Champion olympique et champion du monde à trois reprises, Mohamed Ali a régné sur l’âge d’or des poids lourds et forgé sa légende par ses luttes et ses engagements en dehors du ring.

Hospitalisé jeudi pour des problèmes respiratoires, l’ancien triple champion du monde de boxe et champion olympique 1960 a rendu l’âme.  Son état de santé s’était dégradé par la maladie de Parkinson dont il souffrait depuis trois décennies. 

A la suite de cette « triste nouvelle », M. Soro a salué  la mémoire du « brillantissime Mohamed Ali, de son nom de naissance Cassuis Clay », ainsi que son « talent », son « courage et la persévérance qui auront caractérisé la vie de ce sportif, par ailleurs militant très tôt engagé dans la lutte des Noirs d’Amérique et du monde entier contre les discriminations ».

« Enfant, ma génération rêva dans les gants de boxe de Mohamed Ali. Il ne montait pas seulement sur les rings pour de l’argent ou pour la gloire, mais avant tout pour défendre ses valeurs et promouvoir la dignité de tous les humains », a dit M. Soro.

« Prisonnier politique aux Etats-Unis, pour avoir refusé d’aller livrer une guerre injuste au peuple vietnamien (…) Il fut harcelé par certains puissants en raison de sa liberté de ton et d’esprit. Ali a vécu libre et est mort libre, dans l’amour et la reconnaissance des siens et du monde des libertés », a-t-il rappelé.

« Fraternelles et solennelles condoléances à la famille de Mohamed Ali, au peuple africain-américain, au peuple étasunien et à l’ensemble des amis de Mohamed Ali aujourd’hui endeuillés par son retrait éternel dans le plérôme du Seigneur. Que Dieu ait son âme en réserve ! », a-t-il conclu. 

 
Erick de Baru
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE[1]
[GARD align= »center »]
Endnotes:
  1. OEIL D’AFRIQUE: https://plus.google.com/b/107131799852846338472/+Oeildafrique/posts

Source URL: http://archives.oeildafrique.com/boxe-guillaume-soro-demande-des-monuments-pour-la-memoire-de-mohamed-ali/