Brazzaville: Des jeunes cherchent à s’en prendre à l’hôpital de Talangaï

Brazzaville: Des jeunes cherchent à s’en prendre à l’hôpital de Talangaï

L’allocation d’urgence aux familles affectée par la catastrophe du 4 mars 2013 fait, toujours, couler encre et salive, rapporte la semaine africaine.

Jeudi 1er août 2013, des jeunes du quartier Kanga-Mbanzi, un des plus touchés du drame de Mpila, ont manifesté, violemment, devant l’hôpital de Talangaï, qu’ils voulaient assiéger, très tôt, le matin. Ils protestaient contre le retard dans le paiement de ladite allocation.

La relance de l’opération, interrompue il y a un an, à cause des tentatives de fraudes constatées par les pouvoirs publics, était annoncée pour mardi 30 juillet 2013, mais rien n’a été fait. D’où leur colère. Et comme ils en ont pris l’habitude, pour se faire entendre, les jeunes ont tenté de s’en prendre à l’hôpital de Talangaï.

La police a tenté de les disperser, mais le nombre d’agents étant insuffisant, un renfort d’hommes en uniforme a été nécessaire pour étouffer dans l’œuf la bruyante manifestation des jeunes du quartier Kanga-Mbanzi. Pendant ce temps, le gouvernement n’a pas expliqué pourquoi l’opération n’a pas redémarré, mardi dernier, comme annoncé.

(Photo d’archive utilisée juste a titre d’illustration)


Tags assigned to this article:
brazzavillehopitalTalangaï

Related Articles

Congo : 28,7% des femmes âgées de 15 à 29 ans touchées par le chômage à Brazzaville

A Brazzaville, capitale de la République du Congo, 28,7% des femmes âgées de 15 à 29 ans sont touchées par

RDC: Human Rights Watch accuse le Rwanda de soutenir la rébellion

Un rapport de l’ONG des droits de l’Homme Human Rights Watch affirme que le Rwanda continue de soutenir la rébellion

Vital Kamerhe : « Les délégués n’ont pas demandé un 3e mandat pour Kabila »

[GARD align= »center »] Intervenant jeudi à l’ouverture du dialogue politique congolais, l’opposant Vital Kamerhe a laissé entendre que lors des travaux

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*