Bruxelles: le Rebranding Africa Forum et le défi de l’industrialisation de l’Afrique

[GARD align= »center »]

Thierry Hot, fondateur du Rebranding Africa Forum. 13/10/2016

Thierry Hot, fondateur du Rebranding Africa Forum. 13/10/2016

Le Rebranding Africa Forum (RAF) a démarré ce 13 octobre sa troisième édition sous le thème « Relever le défi de l’industrialisation de l’Afrique ». Un rendez-vous qui va promouvoir le Burkina Faso, pays choisi pour ses avancés en matière économique, sociale et de liberté.

C’est avec fierté que son fondateur, Thierry Hot a rappelé que « le RAF est désormais considéré comme la manifestation économique la plus prestigieuse à Bruxelles. » En effet, avec 500 participants, 20 pays représentés et plus de 30 intervenants de haut niveau, le Rebranding  Africa Forum peut afficher fièrement son statut de leader au Royaume Belge.

Attendu comme le haut de marque, le Président du Burkina Faso, Roch Kabore n’a dû annuler sa participation « à la dernière minute et pour des raisons de force majeur » explique Thierry Hot. Les dernières événements au Faso l’ayant contraint à décliner l’invitation. Mais, la ministre de l’économie, finances et du développement, Rosine Sori-Coulibaly remplace hautement son président absent.

Le défi de l’industrialisation est un thème dont les participants se sont félicités. Ils tiennent à rappeler les responsabilités du retard accumulé par l’Afrique. Mais, grâce à l’histoire des grandes nations, leaders économiques, le continent peut lui aussi réussir son industrialisation. Paul Fokam Kammogne, Président du Groupe Afrialand First Bank, rappelle l’épopée économique de la Grande Bretagne et du Japon. Un succès qui se repose principalement par l’intelligence économique.

L’industrialisation de l’Afrique se passera par l’intensification l’innovation technologique et si cela doit passer par apprendre à copier alors, « n’ayez pas peur de copier. Copiez mais copier bien » insiste Paul Fokam Kammogne.

Mais, pour réussir l’intelligence économique, les Etats africains « doivent constituer des bataillons d‘étudiants, d’hommes d’affaires qui doivent aller apprendre, s’inspirer et opérés le retour au continent et aider à l’amélioration de l’industrialisation » ajoute Paul Fokam Kammogne.

Alors que l’Afrique a un potentiel économique incontesté, le continent continue des sous exploiter son potentiel naturel et humain. Les besoins sont énormes. Nourrir une population galopante, l’éduquer, la former, la soigner et surtout la sortir du chômage de masse.

« La réussite de cette mission passera par la bonne gouvernance et surtout le respect des libertés » comme le rappelle Willy Borsus, Ministre Belge en charge de l’agriculture et des PME. Faisant allusion aux élections et autres tentatives de modification de la constitution dans certains pays africains, Willy Borsus a souligné l’importance de laisser la liberté d’action et soutenir l’initiative privée.

« Je crois en l’Afrique, Nous y croyons et l’industrialisation de ce continent est très important pour la bonne marche du monde. » conclu Willy Borsus.

Le défi est grand mais à la porté de l’Afrique. Et « si on ne se réveille pas, ce n’est pas la faute des autres. ça sera notre faute.» rappelle Carlos Lopes, Secrétaire exécutif à la commission économique pour l’Afrique.

Roger Musandji
Envoyé spécial à Bruxelles
© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
afriqueéconomieforum

[fbcomments]

Related Articles

Le Nigeria va développer son industrie et son agriculture, promet le président Buhari aux patrons français

Le président Muhammadu Buhari a affirmé lundi face à une délégation de patrons français que le Nigeria allait réduire sa

Le miel éthiopien, un trésor au potentiel sous-exploité

[GARD align= »center »] Sur un terrain rocailleux du nord de l’Éthiopie, Alem Abraha et sa nuée d’abeilles élaborent un miel blanc,

CEDEAO : vers la création d’une monnaie unique à l’horizon 2020

Ouverte depuis jeudi dernier à Accra, la 44 eme réunion des gouverneurs de l’ensemble des banques centrales de l’Afrique de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*