Burkina : après le saccage de l’Assemblée, les manifestants en route pour la présidence

Burkina : après le saccage de l’Assemblée, les manifestants en route pour la présidence
Burkina les manifestants saccagent l'Assemblée

La façade de l’Assemblée nationale burkinabée a subi les assauts des manifestants anti-Compaoré. | DR

Malgré des effectifs de police importants, et un cordon de sécurité à 1km de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, à Ouagadougou, plusieurs centaines d’opposants sont parvenus à pénétrer dans le Parlement pour empêcher les députés achèvaient aujourd’hui d’examiner un projet de révision constitutionnelle qui permettrait le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré.

Les manifestants ont en partie saccagé l’intérieur du bâtiment, ainsi que sa façade. Au moins trois voitures garées dans la cour et à l’extérieur du bâtiment ont été brûlées, tandis que du matériel informatique a été pillé et des documents en papier incendiés, selon un correspondant de l’AFP. Les forces de l’ordre ont, semble-t-il battu en retraite. Puis les opposants s’en sont pris à la télévision nationale, la RTB, qui a cessé d’émettre, et se dirigent vers le palais du Premier ministre après avoir incendié le siège du parti au pouvoir. Si un hélicoptère lançait des gaz lacrymogènes sur la foule, l’essentiel des forces de l’ordre semble avoir fui. A 11h40, heure de Paris, les manifestants se regroupent place de la Nation, selon certains témoignages, dans le but de marcher sur Kosyam, le palais présidentiel. Pour apaiser la situation, le président du Conseil constitutionnel devrait bientôt faire une déclaration, dans laquelle il confirmera l’abandon du texte modifiant l’article 37 de la Loi fondamentale burkinabèe.

Majorité et opposition s’empoignent régulièrement depuis de longs mois au sujet de cet article 37 qui limite à deux les quinquennats présidentiels, qui empêche pour l’instant Blaise Compaoré, âgé de 63 ans, de se représenter en 2015. Si la modification est votée, Compaoré pourrait faire un troisième et dernier mandat. Le chef de l’Etat burkinabé, arrivé au pouvoir il y a 27 ans, a déjà modifié l’article 37 en 1997 et 2000, ce qui lui a permis de faire deux septennats et deux quinquennats, de 1992 à 2015, élu chaque fois avec des scores scandaleusement élevés.

Les ténors de l’opposition, depuis quelques jours, appellent donc le peuple à «marcher sur l’Assemblée» afin d’empêcher le vote. «Le 30 octobre, c’est le printemps noir au Burkina Faso, à l’image du printemps arabe», a lancé mercredi Emile Pargui Paré, ex-candidat à la présidentielle. 

Mardi, des centaines de milliers de personnes -un million selon l’opposition- ont arpenté les rues de Ouagadougou pour dénoncer le «coup d’Etat constitutionnel» de Blaise Compaoré et de son camp. Des centaines de jeunes, munis de barres de fer et de pierres, ont affronté les forces de l’ordre, si bien que depuis mardi soir,et bien que mercredi soit passé dans le calme, les effectifs de policiers et de militaires avaient sans cesse été renforcés aux abords du Parlement. 

 

Pour parer à tout risque, les députés de la majorité avaient en outre dormi dans la nuit de mercredi à jeudi dans un hôtel voisin de l’Assemblée, gardés par les troupes d’élite de la sécurité présidentielle. Maintenus à un kilomètre de la zone, certains manifestants affirment ne pas pouvoir utiliser leur téléphone ou internet. Les opposants veulent peser sur les parlementaires: si moins des trois quarts votent le texte, la modification constitutionnelle nécessitera un référendum pour être adoptée. L’opposition a toutefois demandé à ce que la violence ne soit pas utilisée mais les jeunes, qui composent 60% de la population burkinabèe, pourraient céder à la contestation musclée.Majorité et opposition s’empoignent régulièrement depuis de longs mois au sujet de cet article 37 qui limite à deux les quinquennats présidentiels, qui empêche pour l’instant Blaise Compaoré, âgé de 63 ans, de se représenter en 2015. Si la modification est votée, Compaoré pourrait faire un troisième et dernier mandat. Le chef de l’Etat burkinabé, arrivé au pouvoir il y a 27 ans, a déjà modifié l’article 37 en 1997 et 2000, ce qui lui a permis de faire deux septennats et deux quinquennats, de 1992 à 2015, élu chaque fois avec des scores scandaleusement élevés.

Les ténors de l’opposition, depuis quelques jours, appellent donc le peuple à «marcher sur l’Assemblée» afin d’empêcher le vote. «Le 30 octobre, c’est le printemps noir au Burkina Faso, à l’image du printemps arabe», a lancé mercredi Emile Pargui Paré, ex-candidat à la présidentielle. 

Mardi, des centaines de milliers de personnes -un million selon l’opposition- ont arpenté les rues de Ouagadougou pour dénoncer le «coup d’Etat constitutionnel» de Blaise Compaoré et de son camp. Des centaines de jeunes, munis de barres de fer et de pierres, ont affronté les forces de l’ordre, si bien que depuis mardi soir,et bien que mercredi soit passé dans le calme, les effectifs de policiers et de militaires avaient sans cesse été renforcés aux abords du Parlement. 

Pour parer à tout risque, les députés de la majorité avaient en outre dormi dans la nuit de mercredi à jeudi dans un hôtel voisin de l’Assemblée, gardés par les troupes d’élite de la sécurité présidentielle. Maintenus à un kilomètre de la zone, certains manifestants affirment ne pas pouvoir utiliser leur téléphone ou internet. Les opposants veulent peser sur les parlementaires: si moins des trois quarts votent le texte, la modification constitutionnelle nécessitera un référendum pour être adoptée. L’opposition a toutefois demandé à ce que la violence ne soit pas utilisée mais les jeunes, qui composent 60% de la population burkinabèe, pourraient céder à la contestation musclée.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Blaise CompaoréBurkina FasoOuagadougou

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Les Etats-Unis tiennent au respect de la limitation des mandats constitutionnels dans les pays africains

[GARD align= »center »] Les Etats-Unis d’Amérique rappellent à l’ordre les Chefs d’Etat africain et leur demande de respecter leurs constitutions notamment

« L’actualité africaine en 5 titres » du 07 octobre 2016

[GARD align= »center »] Afrique du Sud: le président Zuma interrogé par « Mme anti-corruption » Le président sud-africain Jacob Zuma a

Jammeh tempère: il nomme un « Sénégalais » aux Affaires étrangères et épargne un détenu

Yahyah Jammeh a tué dimanche neuf personnes, dont deux Sénégalais, en violation flagrante et totale des dispositions qui régissent les

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. Patrick Lusamba
    Patrick Lusamba 30 octobre, 2014, 14:02

    C’est bien comme ça, nous voulons les nationaux et non les voleurs au service des Occidentaux qui veulent s’éterniser au pouvoir même s’ils ne font absolument rien. Bravo les vaillant Burkinabé, je vous aime mes frères. Bientôt, c’est toute l’Afrique noire qui le fera aussi en commençant en RD Congo mon cher, beau et grand pays. Que vive l’Afrique à jamais.

    Répondre à ce commentaire
  2. Edouard Ngapio
    Edouard Ngapio 30 octobre, 2014, 15:24

    Chaque chose a son temps, je ne peux qu’encourager le peuple Burkinabe pour ce grand courage. Oui l’heure est arrivee de faire partir du pouvoir les enemis de la democratie ds nos pays d’afrique noire. Ce qui est vrai ce mouvement va se propager bientout ds toute l’afrique et je souhaiterai bien voir cela ds mon pays le Congo Brazzaville. Ces delinquents de presidents a tout prix partir. Come on Afica

    Répondre à ce commentaire
  3. Guy U.
    Guy U. 30 octobre, 2014, 18:28

    Après le « Printemps Arabe »…peut-être!!! …la « SAISON SECHE…AFRICAINE! »

    Répondre à ce commentaire
  4. De paul Taty
    De paul Taty 30 octobre, 2014, 18:59

    Ce qui est important pour le peuple c’est de vivre en paix, depuis la colonisation jusqu’à ce jour, le sang des africains coule encore et toujours. Le peuple du faso veut d’un état fort et non des hommes forts. C’est aux occidentaux d’aider les chefs d’états éternel à partir du pouvoir sans effusion du sang. Nous devons soutenir le peuple du Faso

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*