Burkina: le CDP, parti de Compaoré, dénonce «des actes d’amateurisme » du pouvoir actuel

[GARD align= »center »]

L'ex-président du Burkina Blaise Compaoré

L’ex-président du Burkina Blaise Compaoré|AFP

Achille Tapsoba, président par intérim du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, opposition), le parti de l’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré, a dénoncé ce week-end à Ouagadougou, « des actes d’amateurisme » des nouveaux dirigeants du pays, à l’occasion de la 58è session ordinaire de la formation politique.   

«La situation nationale se présente de manière préoccupante dans la mesure où nous constatons que le pouvoir actuel, malgré ses efforts, est caractérisé par des hésitations, des tâtonnements et autres», a dit Achille Tapsoba, à l’ouverture des travaux.

Selon M. Tapsoba, «il reste encore des attentes en matière de dialogue politique » et de réconciliation nationale». Par conséquent, il convient de « renforcer le tissu social qui est dangereusement mis à l’épreuve par certaines actions du parti au pouvoir ».

Le pays sort de crise et les problèmes sont nombreux. Le nouveau chef de l’Etat burkinabè, Rock Kaboré, hérite d’un pays, qui a besoin d’être réconcilié après le départ de l’ex-président Compaoré, poussé à la démission sous la pression de la rue.

Les signaux forts des nouveaux dirigeants du Burkina Faso sont toujours attendus, a laissé entendre M. Tapsoba, qui a cité, en guise d’illustration, les affrontements survenus à l’issue des récentes élections municipales.

«Lors de ces échéances électorales, il y a eu des violences inouïes jamais vécues au Burkina Faso, à l’occasion d’une élection», a-t-il souligné, avant de qualifier la justice d’«arbitraire» et de relever «le blocage» de l’environnement des affaires.

Pour lui, la situation nationale est préoccupante et tous les patriotes sont interpellés. «Il est normal de situer la responsabilité au niveau des premiers dirigeants du pays, mais il est également normal que chacun tire sa responsabilité dans cette affaire», a-t-il poursuivi.

Le CDP est prêt à apporter sa part contributive à la construction de la démocratie en tant qu’« opposition responsable», assurant que c’est ce à quoi le futur congrès du parti va se livrer.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
BurkinaCDPcompaoré

[fbcomments]

Related Articles

A un mois de la présidentielle au Togo, Gnassingbé favori

A un mois de l’élection présidentielle au Togo, le président sortant Faure Gnassingbé apparaît largement favori, l’opposition, divisée, n’ayant que

Lutte contre le terrorisme au Sahel: La France va installer son pôle de coopération stratégique à Dakar

[GARD align= »center »] La capitale sénégalaise, Dakar va abriter le pôle de la coopération française et la stratégie du commandement d’anticipation

Sénégal: l’ex-président Wade « prêt à donner sa vie » pour son fils

L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, s’exprimant devant des milliers de personnes lors d’un meeting de l’opposition à Dakar, s’est dit « prêt

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*