Burkina Faso: Affaire du Sénat, Blaise Compaoré vers une capitulation?

Burkina Faso: Affaire du Sénat, Blaise Compaoré vers une capitulation?

Les manifestations de rue, doublées d’une mobilisation sans pareille de l’opposition et de l’ensemble de la société civile burkinabè contre la mise en place d’un Sénat budgetivore, mais bien plus un outil qui devrait permettre au président Compaoré de se maintenir longtemps encore au pouvoir d’État ont fini par payer. A travers un communiqué émanant de la présidence burkinabé et publié ce lundi 12 août, Blaise Compaoré suspend la mise en place du Sénat. Le dictateur dans sa froideur a reculé face à un peuple plus que jamais déterminé.

« Au regard des controverses et préoccupations qui traversent les différentes composantes de la société burkinabè, et relatives à la création du Sénat, le Président du Faso soucieux de garantir l’unité nationale, de préserver les acquis démocratiques, et fidèle à la longue tradition de dialogue et de paix qui ont toujours caractérisé le peuple burkinabè, a donné des instructions au Premier Ministre et au Ministre d’État, Ministre chargé des relations avec les institutions et des reformes politiques, de convoquer dans les meilleurs délais le comité de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre des Réformes Politiques consensuelles à l’effet de lui soumettre au plus tard le 31 août 2013, un rapport d’étape circonstancié sur le processus d’opérationnalisation du Sénat avec des recommandations et propositions appropriées dans un esprit de consolidation des institutions républicaines. Le raffermissement continu de la cohésion sociale ainsi que la mobilisation de l’ensemble des citoyens autour des enjeux de stabilité et construction du développement, constituent un impératif pour l’édification d’un Burkina Faso de progrès et de démocratie », déclare le communiqué.

De sa longue carrière de président, jamais Blaise Compaoré n’aura fait pareille concession. Cette capitulation pourrait faire dire aux nombreux observateurs de la politique internationale, que Blaise Compaoré ouvre la porte de sa sortie. Dans un souci d’apaisement total, le président « pourrait » même démissionner. Pour l’heure rien ne peu laisser croire en une telle fin.

Retenons tout de même que la démocratie est en marche en Afrique et ce processus restera irréversible. 2015, l’année de toutes les alternances sur le continent.

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
Blaise Compaoréetudiantsmanifestationssénat

Related Articles

Burkina: le président déchu Blaise Compaoré à Yamassoukro, en Côte d’Ivoire

 [GARD align= »center »] L’ex président burkinabè Blaise Compaoré chassé du pouvoir par une insurrection se trouvait samedi à Yamoussoukro, en Côte

Burkina: après la chute de Compaoré, deux militaires se proclament chef de l’Etat

 [GARD align= »center »] Deux militaires se sont proclamés nouveau chef de l’Etat du Burkina Faso, ajoutant de la confusion à la

Burkina-Faso : l’exhumation et l’expertise des restes de Thomas Sankara enfin autorisées

Le gouvernement burkinabé de transition a décidé mercredi d’autoriser l’exhumation des restes de l’ancien Président de la République, Thomas Sankara.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*