Burkina Faso: Echec et fin du processus de médiation entre le parti au pouvoir et l’opposition

Burkina Faso: Echec et fin du processus de médiation entre le parti au pouvoir et l’opposition

[GARD align= »center »]

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso

Il n’y a plus de médiation entre l’opposition burkinabè et le pouvoir de Blaise Compaoré. Avant même que la question de fond qui concerne la modification de la Constitution pour un nouveau mandat du président Blaise Compaoré et la création du Sénat, source de la discorde entre les deux parties ne soit abordée, la médiation conduite par l’ancien Président burkinabè connait déjà un échec.

La reprise des travaux de la médiation ce jour n’a duré qu’à peine une heure alors qu’elle a été suspendue pendant un mois. Les différents protagonistes n’ont pas trouvé de compromis sur la demande de mandat de l’opposition politique délivré par Blaise Compoaré. Zephirin Diabré, Le chef de file de l’opposition assure que cette exigence n’est que la suite logique de sa rencontre avec le président Blaise Compaoré en novembre 2013. Pour lui, l’opposition ne discuterait avec la majorité que si elle a un mandat du président Blaise Compaoré.

« A la dernière rencontre, l’opposition avait exigé que la délégation de la majorité lui présente un mandat du président Blaise Compaore l’autorisant à parler en son nom. Malheureusement, la majorité n’a pas été capable de fournir ce mandat », a dit Zéphirin Diabré.

Mais le secrétaire exécutif national du parti au pouvoir, Assimi Kouanda ne peut lire que derrière cette position de l’opposition, une volonté de blocage aux négociations. Pour lui, qu’il n’est pas normal d’exiger un mandat à la majorité avant la poursuite des discussions.

« Le président du Faso selon la Constitution est au-dessus des partis politiques. Nous ne comprenons pas pourquoi un groupe de partis va nous exiger un mandat, alors que nous sommes majoritaires à l’Assemblée nationale. C’est une façon de rejeter et de refuser cette médiation », a précisé Assimi Kouanda.

[GARD align= »center »]

L’ancien président Jean Baptiste Ouedraogo et son équipe qui ont conduit la médiation n’avaient pas d’autre choix que d’annoncer la fin du processus et l’échec de la médiation pour le fait que les différentes positions sont inconciliables. 

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
Burkina Fasopolitique

Related Articles

Guinée-Bissau: l’ONU exhorte le président à nommer un nouveau Premier ministre

[GARD align= »center »] Le Conseil de sécurité de l’ONU, très inquiet du blocage politique en Guinée-Bissau, a exhorté jeudi le président

La villa de Sarkozy à Marrakech, un cadeau de Mohammed VI?

Nicolas Sarkozy aurait reçu une villa à Marrakech, cadeau d’une entreprise détenue conjointement, à l’époque des faits, par un groupe

A Ouagadougou, foire aux documents volés chez François Compaoré, le « petit président »

 [GARD align= »center »] « La liste noire! », « les documents complets! »: devant la maison saccagée de François Compaoré, les vendeurs à la criée

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*