Burkina Faso: fusillade dans un café de Ouagadougou

[GARD align= »center »]

Photo Fotolia

Des jihadistes présumés ont attaqué dimanche soir un café-restaurant à Ouagadougou, faisant au moins deux blessés dont un expatrié, et l’armée burkinabè a lancé l’assaut contre les agresseurs.

Le restaurant Istanbul, situé à environ 200 mètres du café Cappuccino qui avait été en janvier 2016 la cible d’un attentat, « a été attaqué par de présumés jihadistes », a déclaré à l’AFP un serveur du restaurant.

« Trois hommes sont arrivés à bord d’un véhicule 4×4 vers 21h30, sont descendus du véhicule et ont ouvert le feu sur les clients assis sur la terrasse » de ce café fréquenté par une clientèle expatriée, a indiqué le serveur du restaurant.

Un journaliste de l’AFP a constaté que deux blessés, dont un expatrié, avaient été évacués.

La police a évacué les civils avant l’arrivée de l’armée et de la gendarmerie qui ont tout de suite lancé l’assaut, et les tirs, nourris au départ, sont ensuite devenus sporadiques, a rapporté le journaliste de l’AFP.

– ‘Des otages retenus’ –

Selon un officier de l’armée s’exprimant sous couvert d’anonymat, « il y a des otages retenus aux premier et au deuxième étages du bâtiment de deux étages » qui abrite le café-restaurant se trouvant au rez-de-chaussée.

Le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, et le ministre de l’Energie, Alpha Omar Dissa, sont arrivés sur les lieux, a-t-il indiqué, précisant qu’aucun bilan officiel n’était disponible pour le moment.

Le 15 janvier 2016, l’attaque du café Cappuccino, un établissement prisé de la communauté expatriée à Ouagadougou, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.

L’attaque avait aussi visé d’autres établissements, l’hôtel Splendid, l’hôtel Yibi et le Taxi-Brousse, située sur l’avenue Kwame N’Krumah, comme le restaurant Istanbul.

L’avenue s’est vidée de ses passants immédiatement après l’attaque, seuls des véhicules des forces de sécurité et des ambulances étaient visibles, selon le journaliste de l’AFP.

Frontalier du Mali et du Niger, le Burkina Faso est le théâtre d’attaques jihadistes régulières depuis 2015.

En décembre 2016, une douzaine de soldats burkinabè avaient été tués dans une attaque contre un détachement de l’armée basé dans le nord du pays.

Le Burkina Faso, petit Etat sahélien d’Afrique de l’Ouest, pauvre et enclavé, avait réaffirmé le 18 juillet la nécessité de « lutter contre le terrorisme » avec son voisin la Côte d’Ivoire, également touchée par un attentat jihadiste en 2016.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
BurkinaOuagadougou

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Côte d’Ivoire : le Pdci, un grand parti allié au pouvoir dit « non» à une nouvelle Constitution

[GARD align= »center »] Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), un grand allié du parti au pouvoir, a exprimé ses attentes

Ouganda: deux hélicoptères militaires disparus au Kenya

Au moins deux hélicoptères militaires ougandais, partis d’Ouganda et en route vers la Somalie où l’armée ougandaise est déployée dans

Bénin : un ex-ministre de Boni Yayi accuse Pascal Koupaki de trahison

[GARD align= »center »] Pascal Irénée Koupaki, le ministre d’Etat, secrétaire de la Présidence de Patrice Talon est talonné par un ancien

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*