Burkina Faso : Il faut attendre le 30 avril pour connaître la décision de l’exhumation de Sankara

Burkina Faso : Il faut attendre le 30 avril pour connaître la décision de l’exhumation de Sankara

[GARD align= »center »]

l’ex président Burkinabè Thomas Sankara

L’ex président Burkinabè Thomas Sankara

Le tribunal de grande instance de Ouagadougou a de nouveau renvoyé la décision sur la demande d’exhumation du corps de l’ex président Burkinabè Thomas Sankara, au 30 avril prochain C’est ce qu’indique la justice burkinabé mercredi.

Les ayants droits qui ont attendu depuis le 5 mars dernier, date du premier renvoie de la décision judiciaire suite à la demande d’exhumation du corps de Thomas Sankara, doivent encore attendre jusqu’au 30 avril 2014 pour espérer voir le juge rendre une décision dans cette affaire.

Mais ce renvoi ne semble pas inquiéter l’avocat des ayants droits de l’ancien président burkinabé. Me Bénéwendé Sankara pense que ce renvoi s’inscrit dans le cadre logique de la procédure normale. En effet, au cours de l’audience du 5 mars dernier, le tribunal avait demandé des pièces complémentaires qui ont été fournies à ce mercredi.

«Aujourd’hui, le tribunal n’était pas à mesure de vider l’affaire parce que le dossier avait été rabattu, c’est comme si on reprenait les débats», explique l’avocat.

Me Bénéwendé Sankara entretient donc l’espoir que la décision sera rendue le 30 avril prochain pour le dénouement de cette affaire. « Après avoir fournies les pièces exigées par le tribunal et les deux parties n’ayant pas fait d’observations à ce stade, il n’y a donc plus de raison pour que le jugement de soit pas rendu le 30 avril prochain », indique Me Sankara.

[GARD align= »center »]

C’est en 2006 que le Comité des droits de l’homme de l’ONU a demandé à l’Etat burkinabé de faire la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara et de prouver le lieu de son sépulcre. En 2010, ses ayants droits avaient introduits une requête à la justice pour permettre d’expertiser sa dépouille pour son identification.

Rappelons que c’est en 1987 que Thomas Sankara ainsi qu’une dizaine de ses compagnons ont été assassinés lors d’un coup d’Etat, puis enterrés précipitamment au cimetière de dagnoên, à quelques kilomètres de Ouagadougou.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Burkina FasoThomas Sankara

Related Articles

Cameroun : Boko Haram tue 8 paysans tués et incendie plusieurs maisons dans l’Extrême-Nord

Tika, localité de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun proche de la frontière avec le Nigeria a été attaquée samedi

« L’actualité africaine en 5 titres » du 25 septembre 2016

[GARD align= »center »] Gabon/confirmation réélection Ali Bongo : Jean Ping dénonce un « déni de droit » Le candidat présidentiel malheureux de l’opposition au

France: mandat d’amener contre Guillaume Soro, la défense dénonce une plainte «abusive»

[GARD align= »center »] Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne est recherché par la justice française. Un mandat d’amener a été émis, le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*