Alerte Infos

Burkina Faso : la justice met sous scellée la tombe de Thomas Sankara

Burkina Faso : la justice met sous scellée la tombe de Thomas Sankara
la tombe de Thomas Sankara

La tombe de Thomas Sankara

La justice burkinabè a mis vendredi sous scellée, la tombe du défunt président burkinabè, Thomas Sankara, et celles de 11 autres personnes assassinées en même temps que lui, le 15 octobre 1987, sont mise sous scellée. C’est ce qu’indique  Bénéwendé Stanislas Sankara, l’un des avocats dans cette affaire, expliquant que c’est pour des besoins de l’enquête.

Intervenant sur les antennes de Radio Oméga, Me Sankara a déclaré que les douze tombes ont été mises sous scellées. «Le juge d’instruction a effectivement fait un déplacement sur les lieux afin que la famille indique la tombe supposée être celle du président Sankara», a-t-il dit.

Pour l’avocat de la famille Sankara, la mise sous scellé des dites tombes veut dire que l’instruction du dossier a commencé et que le juge est en train de poser un certain nombre d’actes.

«Le juge va certainement procéder à des auditions, à des interpellations et va instruire à charge et à décharge », a précisé Me Sankara. Pour lui, si cela doit cette décision de la justice devrait conduire à l’exhumation, le juge va certainement y procéder.

Thomas Sankara et  onze autres de ses compagnons ont été assassinés le 15 octobre 1987 lors du coup d’Etat qui a conduit l’ex-président Blaise Compaoré au pouvoir. Après ce tragique évènement des tombes avaient été désignées comme étant celles de personnes décédées lors du coup d’Etat, sans aucune autre forme de vérification.

Depuis 1987, le dossier de la clarification de circonstance de ces assassinats a été bloqué, jusqu’à la chute de Blaise Compaoré, en fin octobre 2014.

Le président de la Transition, Michel Kafando avait pris l’engagement de ressusciter le dossier Thomas Sankara et ceux concernant d’autres crimes de sang dont celui du journaliste Norbert Zongo, assassiné le 13 décembre 1998.

L’engagement pris lors de son investiture, le 21 novembre dernier connait un début d’exécution avec une avancée notée dans l’instruction du dossier.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Burkina Fasojustice

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

6ème conférence des ministres de l’Économie et des finances de l’union Africaine

Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire a abrité du 25 au 26 mars 2013 à la salle des

Tout savoir sur le virus Ebola

L’Afrique de l’Ouest est touchée depuis neuf mois par la plus grave épidémie d’Ebola depuis la première observation du virus,

Burundi : l’Union européenne annonce l’évacuation de son personnel non essentiel

Alors que la Belgique a conseillé à ses ressortissants dont la présence n’est pas indispensable de quitter le Burundi, l’Union

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*