Burkina Faso: L’UA donne deux semaines aux militaires pour rendre le pouvoir aux civils

Burkina Faso: L’UA donne deux semaines aux militaires pour rendre le pouvoir aux civils

[GARD align= »center »]

Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de l`Union africaine (UA)

Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de l`Union africaine (UA)

Le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine, réuni lundi à Addis-Abeba, a appelé l’armée burkinabé à remettre le pouvoir à un gouvernement civil dans deux semaines, sous peine de sanctions.

Si l’armée burkinabé ne rend pas le pouvoir aux civils sous deux semaines, l’Union Africaine (UA) prévient qu’elle imposera des sanctions au pays des hommes intègres, désintégré durant ces moments par la chute de Blaise Compaoré après 27 ans au pouvoir.

«Nous demandons aux forces armées de transférer le pouvoir aux autorités civiles, et le Conseil a décidé que ce transfert devrait s’opérer dans une période de deux semaines », a déclaré à l’AFP, Simeon Oyono Esono, chef du Conseil de paix et de sécurité de l’UA et ambassadeur de Guinée Equatoriale auprès de l’organisation régionale.

Samedi dans la capitale éthiopienne, la Présidente de la Commission, Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma a appelé

«les acteurs politiques et la société civile du Burkina Faso à travailler ensemble dans un esprit de consensus et de responsabilité pour convenir d’une transition civile et inclusive devant déboucher à la tenue, aussi rapidement que possible, d’élections libres, régulières et transparentes».

Dlamini-Zuma a souligné le devoir et l’obligation des Forces armées et de sécurité du Burkina Faso «de se mettre à la disposition des autorités civiles qui seront chargées de conduire la transition et d’agir dans un esprit républicain».  

L’annonce de l’Union africaine intervient peu de temps après que le lieutenant-colonel Zida, nouvel homme fort du Burkina s’engage devant le corps diplomatique pour trouver «une personnalité consensuelle» qui peut diriger la transition «dans un cadre constitutionnel».

Passé ce délai, l’UA va dépêcher un envoyé spécial dans le pays afin de faire un constat. A cette issue, l’organisation se réunira encore pour examiner la situation et décider des mesures à prendre.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
BurkinaUA

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Plan d’urgence de 48 milliards CFA pour l’eau et l’électricité en Côte d’Ivoire

Le gouvernement ivoirien a annoncé vendredi la mise en place d’un plan d’urgence de 48 milliards de fcfa pour juguler

Réforme constitutionnelle au Bénin: le ministre de la Défense annonce sa démission

[GARD align= »center »] Le ministre béninois de la Défense, fort soutien du président Patrice Talon au sein du gouvernement, a annoncé

Lomé: Saisie d' »armes de guerre, des explosifs et des munitions

[GARD align= »center »] Les forces de sécurité et de défense du Togo ont saisi une importante quantité d’armes de guerre, des

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Baleng Bi Ngono
    Baleng Bi Ngono 3 novembre, 2014, 20:18

    De qui se moque t on dans la sauce?
    1- Pourquoi l UA n intervenient elle pas en amont en menacant les vieux dicatateurs de sanctions s ils n abandonnent sans delai ni conditions le pouvoir qu ils ont confisque depuis des decennies dans leurs pays respectifs? (Bien que l UA soit aveugle je m anstiendrais bien de les nommer/citer…)
    2- Ou etait l UA quand le super « Compadre » (compaore) a decide unilateralement de modifier la constitution de son pays pour sejourner etenellement au pouvoir? Je me permetrais ici de m offusquer serieusement de voir nos « pseudo leadeurs » de l UA venir apres la bataille finale revendiquer un quelquonque merite dans cette victoire du peuple burkinabe (OUI !!! Rien que le peuple bourkinabe est le SEUL vainqueur de cette bataille historique!!!) en essayant au forcep « d nfluencer » la transition!!!
    3- Plus important (pour moi) que fait ou compte faire l UA afin de contrecarer ceux des dictateurs qui sont fermement decides a modifier les constitutions de leurs pays respectifs afin de sejourner au pouvoir eternellement? Je me dis ou espere au plus profond de moi meme que nos leaders etaient endormis, inconscients ou distraits et n ont pas pu agir au burkina mais que desormais ils ne se contenteront plus de faciliter les « transitions » mais qu ils auront les « couilles » d anticiper sur les conflits comme celui que vient de traverser (je l espere) le peuple de la Haute Volta

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*