Burkina Faso : rassemblement en faveur d’une nouvelle candidature du président

Burkina Faso : rassemblement en faveur d’une nouvelle candidature du président

[GARD align= »center »]

Rassemblement en faveur du président burkinabé Blaise Compaoré

Rassemblement en faveur du président burkinabé Blaise Compaoré

Le parti de Blaise Compaoré a rempli samedi le plus grand stade de Ouagadougou, trois semaines après l’opposition, marquant un soutien massif à un éventuel référendum permettant au chef de l’Etat d’être candidat à la présidentielle de 2015 au Burkina Faso, a constaté l’AFP.

Le stade du 4 août, d’une capacité de 35.000 places, affichait déjà complet à 15H00 locale et GMT, une heure avant le début du meeting du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), la formation du président Compaoré, selon un journaliste de l’AFP.

Dans les tribunes, de multiples banderoles affichaient un soutien inconditionnel au chef de l’Etat – « Tous avec Blaise Compaoré pour la paix et le progrès au delà de 2015 » – ou à la consultation populaire dont il a évoqué en décembre la tenue: « Non aux arguments fallacieux contre le référendum » ou encore « Nous revendiquons notre droit au référendum ».

[GARD align= »center »]

En jeu, la modification de l’article 37 de la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels et empêche pour l’instant Blaise Compaoré d’être candidat à l’élection de novembre 2015.

L’opposition crie au « coup d’Etat constitutionnel » du président burkinabè, arrivé au pouvoir en 1987 par un putsch, qui termine son deuxième quinquennat après avoir effectué deux septennats.

« Vouloir le référendum est un droit. La loi l’autorise, mais certains sont contre, alors que c’est la seule façon pacifique qu’il y a pour départager les deux bords », a réagi Yves Yameogo, un militant venue de Pabré (centre).

Des délégations en provenance de plusieurs provinces du Burkina Faso et de pays voisins (Mali, Côte d’Ivoire et Niger) étaient présentes samedi à Ouagadougou, a constaté l’AFP.

« Nous aussi, nous pouvons mobiliser. La preuve est que le stade est plein et il y a toujours du monde dehors. Le référendum aura lieu, advienne que pourra », a lancé M. Yameogo.

[GARD align= »center »]

« Ce meeting est une opportunité pour le CDP de démontrer sa grande capacité de mobilisation des militants, en vue d’accompagner le président du Faso », a commenté Ollo Anicet Pooda, secrétaire à l’organisation du CDP, qui a rejeté toute « dynamique de chiffre » ou de « réplique à quoi que ce soit ».

Le 31 mai, l’opposition, fortement mobilisée contre le référendum, avait réussi son pari de remplir le stade du 4 août, dans ce qui s’était apparenté à une démonstration de force.

« Remplir le stade du 4 aout n’était pas un défi. Nous en avons l’habitude, c’est la énième fois que le CDP (le) remplit », a observé Assimi Kouanda, le secrétaire exécutif du CDP, pour qui la mobilisation de samedi, qui se retrouve dans d’autres villes du pays, donne « l’assurance » que « le référendum sera organisé » et que la victoire du +oui+ est « certaine ».

« Juridiquement nos textes autorisent la modification de l’article 37 et la convocation d’un référendum », a analysé Assimi Kouanda, ajoutant qu’il n’y avait donc « pas lieu de tergiverser ».

« Ceux qui ont peur du référendum ont simplement peur de la sanction du peuple », a-t-il affirmé, voyant un « boulevard » pour la réélection du président Compaoré.

[GARD align= »center »]

L’opposition au référendum est surtout jeune et urbaine, dans un Burkina Faso où 60% de la population a certes moins de 25 ans, mais où la majorité vit à la campagne.

Le CDP dispose en outre d’un redoutable appareil politique à même de lui faciliter la victoire.

Lors des élections législatives de 2012, le parti du président Compaoré avait recueilli 55% des voix, puis 66% des sièges aux municipales de 2013. Sur les 367 communes urbaines et rurales du pays, l’opposition en dirige moins d’une cinquantaine.

AFP

[wp_ad_camp_4]

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Burkina Faso

Related Articles

Manifestation pro-Gbagbo interdite dispersée au gaz lacrymogène à Abidjan

Une manifestation de jeunes partisans de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, interdite par les autorités, a été dispersée samedi à Abidjan

Sommet régional sur la paix dans l’est de la RDC

Un sommet des chefs d’Etat du Congo, d’Ouganda, du Rwanda et de la République démocratique du Congo s’est ouvert dimanche

Côte d’Ivoire: avec ou sans Bédié, le PDCI aura un candidat à la présidentielle

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire cherche à se reconstruire sans l’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié et membre de la

3c ommentaires

Espace commentaire
  1. BONANE
    BONANE 22 juin, 2014, 17:30

    ne confondons pas une mobilisation moyennant une bagatelle et une envie réelle de la population à vouloir de la candidature de BC aux élections à venir?
    puisque vous savez très bien que la population burkinabè est pauvre, pour des campagnes de ce genre où les gens peuvent s’attraper mille ou deux milles, le choix ne se pose pas pour la majorité qui ignore d’ailleurs la portée ou l’enjeu d’une propagande politique.

    Répondre à ce commentaire
  2. TOE
    TOE 25 juin, 2014, 13:48

    tout à fait c’était un véritable achat pour la participation au meeting. Et d’ailleurs le CDP a profité du d’une semaine de fête musicale à ouaga (fête de la musique) pour inviter le maxi de musicien possible dans le stade. Vous avez vu les images du stade au début du discours du secrétaire du parti? environ les 3/4 du stade étaient vide. Les gens sont parti pour les prestations des artistes en réalité et non pour des causes politiques encore moins pour un soutien au CDP et à Blaise Compaoré.
    ces gens là volent les ressources du peuple pour organiser leurs meeting.

    Répondre à ce commentaire
  3. Le Phoenix
    Le Phoenix 3 juillet, 2014, 21:30

    C’est à la fois rigolo et triste de voir ce type d’écrit. Pourquoi ne pas ressortir que le stade s’est vidé pendant les discours et analyser de façon objective. Tout ceux qui se leurrent et désinforment seront rattrapés par l’histoire et tenus pour responsables, si le pays venait à être à mal.
    A bon entendeur…

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*