Burkina Faso: un incendie ravage un bâtiment du FESPACO

Burkina Faso: un incendie ravage un bâtiment du FESPACO
Un incendie dont on ignore l’origine, a ravagé mardi soir, l’un des principaux bâtiments du siège du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).
La consternation se lisait sur les visages au site du FESPACO où les acteurs du monde de la culture, avec en tête, le ministre Baba Hama, s’étaient rendus pour constater les dégâts.

Les sapeurs pompiers fortement mobilisés pour la cause n’ont pu venir à bout du feu lequel n’était pas encore totalement éteint en début de soirée au niveau du grand bâtiment.

Enormes, les dégâts sont estimés à des dizaines de millions de francs CFA.

Le bâtiment parti en fumée est en fin de construction et devrait servir à l’une des grandes salles de projection, à l’occasion de la prochaine édition de biennale, prévue du 23 février au 2 mars 2013.

Le sinistre intervient à environ un mois de la tenue de la 23ème édition du FESPACO, autour du thème : ‘’Cinéma africain et politiques publiques en Afrique ‘’.

Actuellement, le délégué général du FESPACO, Michel Ouédraogo, et son staff technique, accompagnés de journalistes, sont en Europe pour une tournée de communication sur l’évènement.

ALK/cat/APA


Tags assigned to this article:
Burkina FasoFespaco

Related Articles

Burkina: la garde présidentielle réclame la démission du Premier ministre

La garde présidentielle, corps d’élite de l’armée du Burkina Faso, réclame la démission du Premier ministre Isaac Zida, son numéro

Alerte à la bombe: un avion d’Air France atterrit en urgence au Kenya

[GARD align= »center »] Un avion d’Air France, en provenance de l’île Maurice et à destination de l’aéroport Charles-de-Gaulle à Paris, a

Nkosazana Dlamini-Zuma ne briguera pas d’autre mandat à la tête de l’UA

[GARD align= »center »] La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, ne briguera pas de second mandat et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*