Burkina Faso : une marche de protestation de l’opposition réprimée dans la violence.

Burkina Faso : une marche de protestation de l’opposition réprimée dans la violence.

A l’initiative de l’opposition politique dirigée par Zephirin Diabré, une trentaine de partis politiques ont marché contre la politique du gouvernement, à l’occasion de la journée nationale de protestation ce samedi 29 juin à Ouagadougou.

Ils étaient plus de 100.000 Burkinabés, selon les organisateurs, à être descendus dans les rues pour exprimer leur ressentiment et le mécontentement des populations face à la politique du gouvernement de Blaise Compaoré. Mais surtout il s’agissait au cours de cette marche, de se liguer contre la volonté du président Compaoré de créer un Senat. En effet l’opposition juge la création de cette institution inutile et budgétivore. En clair pour celle-ci, le Senat n’est pas une priorité pour ces nombreux Burkinabés qui n’y trouvent aucun intérêt, si ce n’est servir le président trentenaire, Blaise Compaoré.

Cette marche qui se voulait pacifique, devrait remettre une lettre de l’opposition au Chef de l’Etat par le biais d’un représentant du premier ministre à la hauteur du rond point baptisé des Nations Unies. Parvenus au lieu de rendez vous à 10 heures, point de représentant du premier ministre, mais plutôt un dispositif sécuritaire impressionnant des forces de police et de gendarmerie. La marche qui devrait s’achevée à la place de l’indépendance, n’ira pas plus loin. Elle s’achèvera dans la débandade générale faisant des dizaines de blessés.

Par ailleurs, le médiateur autoproclamé des crises sous régionales, Blaise Compaoré, compte amender la constitution de son pays pour une énième candidature en 2015. Tels sont les enjeux réels de l’activisme de l’opposition qui a à cœur d’empêcher cette candidature de trop. Dans tous les cas, Zéphirin Diabré et ses camarades y sembleraient bien déterminés.

 

Jonas Saraka
Abidjan- Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
Blaise CompaoréBurkina Fasomanifestation

Related Articles

Les Ivoiriens rendent l’ex-« Sorbonne » d’Abidjan à la boxe

Après les joutes verbales, les coups de poings: durant une semaine, les boxeurs ivoiriens se sont retrouvés à Abidjan sur

Burkina: la justice populaire et expéditive des Koglwéogo

[GARD align= »center »] « On attend les voleurs », affirme François Kaboré, secrétaire local des Koglwéogo (« protection de l’environnement », en langue Mooré), des

L’Ouganda suspend des officiers accusés d’abus sexuels en Somalie

 [GARD align= »center »] L’armée ougandaise a annoncé jeudi la suspension de 15 hauts gradés après que des soldats de la force

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*