Burkina: « il faut rendre opérationnelle » la force G5 Sahel, déclare Alpha Condé

[GARD align= »center »]

Alpha Condé

Le président guinéen Alpha Condé fait une déclaration à l’ouverture d’une conférence internationale sur l’émergence du continent africain, le 28 mars 2017 à Abidjan afp.com – SIA KAMBOU

L’attaque « terroriste » dimanche soir au Burkina Faso qui a fait au moins 18 morts « montre l’importance de rendre opérationnelle » la force des pays du G5 Sahel, a déclaré lundi le chef de l’Union africaine (UA), le président guinéen Alpha Condé.

« Les terroristes s’attaquent aux restaurants fréquentés par les étrangers, non seulement pour porter atteinte à la vie de la population, mais aussi à l’économie du pays », a déclaré M. Condé à la télévision France 24.

« Il faut qu’on accélère l’opérationalisation du G5 afin que les Africains soient en première ligne pour défendre la sécurité de leurs citoyens et des expatriés », a-t-il souligné, appelant ses partenaires européens à trouver « les 400 millions de fonds qui manquent ».

Les dirigeants des pays du G5 Sahel, soutenus par le président français Emmanuel Macron, avaient acté le 2 juillet à Bamako la constitution de cette force antijihadiste conjointe et débloqué des fonds pour commencer son déploiement en septembre-octobre.

L’Union européenne a déjà promis 50 millions d’euros, auxquels doivent s’ajouter 50 millions de contributions des Etats membres, mais le G5 a estimé les besoins de fonctionnement de cette force à 423 millions.

La ministre française des Armées, Florence Parly, avait affirmé le 31 juillet dernier à Niamey que la force des pays du G5 Sahel « trouvera la solution aux problèmes » des attaques jihadistes récurrentes dans la région et bénéficiera du soutien de l’opération française Barkhane.

« Nous sommes convaincus que c’est la force conjointe du G5 Sahel qui trouvera la solution aux problèmes (des attaques jihadistes) de la région », avait souligné Mme Parly.

La France, présente dans la zone sahélo-saharienne avec 4.000 hommes engagés dans l’opération antijihadiste Barkhane, a poussé à la création d’une force militaire conjointe des pays du G5 Sahel – Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso – qui devrait compter 5.000 hommes.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Alpha CondéattaqueBurkinajihadistes

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Ouganda : une manifestation en soutien-gorge contre des agressions sexuelles

Six opposantes politiques ougandaises ont été brièvement détenues lundi 23 avril à Kampala, après avoir manifesté en soutien-gorge pour protester contre l’agression sexuelle d’une

D’Abidjan au succès international, Magic System fête ses 20 ans

[GARD align= »center »] Trois disques de platine, 16 d’or… Les quatre garçons d’Abidjan ont trouvé le Magic System pour faire danser

La justice sud-africaine interdit provisoirement à Bechir de quitter le pays

Un tribunal sud-africain saisi par une ONG a interdit au président soudanais Omar el-Béchir de quitter le pays tant que

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*