Burkina: Kafando se prononce pour une nouvelle Constitution adoptée par référendum

Burkina: Kafando se prononce pour une nouvelle Constitution adoptée par référendum
Michel Kafando

Le président par intérim du Burkina Faso, Michel Kafando|France 24

Le président du Burkina Faso, Michel Kafando a estimé mardi indispensable que les dirigeants issus des élections d’octobre dotent le pays d’une nouvelle Constitution, qui serait soumise à référendum.

Il faut absolument qu’il y ait un changement de Constitution et que le texte soit soumis à référendum, a déclaré le président Kafando, dans un entretien à l’AFP .

Désigné président de la transition le 17 novembre après la démission du président Blaise Compaoré, Michel Kafando est en visite officielle en France jusqu’au 7 juin. Il s’est entretenu lundi avec le président François Hollande.

Compte-tenu de la durée de la transition, qui doit s’achever le 11 octobre avec des élections législatives et présidentielle, nous ne prévoyons pas de pouvoir mener cette opération à bien, a déclaré le président Burkinabè.

Une Constitution suppose une assemblée constituante pour proposer le texte, délibérer, trancher. Et cela suppose que l’on soumette ce texte à référendum, a-t-il expliqué. Mais nous allons encourager ceux qui vont (arriver au pouvoir) à aller dans ce sens, a-t-il ajouté.

La période de transition ne sera pas prolongée et les élections auront lieu à la date prévue, a assuré Michel Kafando, en réponse aux rumeurs d’un éventuel report du scrutin. Nous nous en tenons à la date du 11 octobre, a-t-il dit.

Tous ceux qui sont membres de la transition, le gouvernement et les membres du Conseil national de transition sont exclus de la prochaine élection, a-t-il aussi réaffirmé. C’est clair et net, nous l’avons accepté au départ.

Pour Michel Kafando, un ancien diplomate de carrière de 72 ans, la chute de Blaise Compaoré, chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 par une révolte populaire, montre qu’il y a une personnalisation trop poussée du pouvoir politique au Burkina.

Il faut arriver à une Constitution qui tempère le pouvoir léonin du chef de l’État. C’est la seule façon, avec un équilibre du pouvoir, de contenir des ambitions exagérées ou des aventures comme celles que nous avons connues, a-t-il estimé.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
BurkinaKafando

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Dakar: Des activistes prônent la rupture diplomatique avec Tel-Aviv

Des manifestants pro palestiniens ont appelé vendredi à Dakar à la fermeture de la représentation diplomatique de l’Etat d’Israël au

Exclusivité: la bande originale de l’entretien téléphonique entre Guillaume Soro et Djibril Bassolé

Le putsch raté au Burkina-Faso continu de secouer la sous-région. Dernières victimes en date, le Président de l’Assemblée Nationale Ivoirien,

Sénégal: Karim Wade saisit la Cour suprême

La défense de l’ex-ministre sénégalais Karim Wade s’est pourvue devant la Cour suprême contre sa condamnation à six ans de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*