Burkina : la garde présidentielle toujours déterminée à obtenir le départ du Premier ministre

Burkina : la garde présidentielle toujours déterminée à obtenir le départ du Premier ministre
militaires Burkina-Faso

Image d’archives |Les militaires de la garde présidentielle burkinabè face aux manifestants à Ouagadougou | Photo : AFP

Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde prétorienne du président Blaise Compaoré, se disait toujours vendredi déterminé à obtenir le départ du Premier ministre burkinabè, Isaac Zida, avec qui il est en conflit ouvert.

On ne transigera pas avec le départ du Premier ministre qui, pour ses intérêts personnels, nous fait porter de funestes projets de complot contre lui, a déclaré à l’AFP un haut responsable du RSP sous couvert d’anonymat, qui a dit à l’inverse faire confiance au président Michel Kafando.

Le problème n’est pas de remettre la transition (démocratique) en cause (…) Nous voulons que les élections se tiennent le 11 octobre avec un autre Premier ministre civil, a-t-il poursuivi.

Les relations sont tendues entre le RSP, considéré comme le bras armé de l’ex-président Blaise Compaoré –renversé en octobre par la rue après 27 ans de règne– et M. Zida, dont il est pourtant le numéro 2.

Les éléments de la RSP sont en attente. Il y en a qui ne sont pas repartis chez eux depuis, affirme un autre officier, souhaitant qu’une solution soit trouvée afin que la tranquillité revienne dans la caserne.

Le gouvernement burkinabè a affirmé jeudi qu’un complot contre le Premier ministre Isaac Zida et fomenté par des membres de la garde présidentielle avait bien été déjoué il y a quelques jours.

Cette thèse est battue en brèche par plusieurs officiers du régiment controversé, qui accusent M. Zida d’avoir inventé de toutes pièces un faux complot contre sa personne afin de créer des troubles et de se maintenir au pouvoir.

Plusieurs personnalités de la société civile, interrogées par l’AFP, ont également émis des doutes sur un tel scénario, et une source diplomatique évoquait mardi l’hypothèse d’un truquage.

Les autorités de transition doivent rendre les rênes du Burkina Faso à un exécutif élu à l’issue de la présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 11 octobre.

Une dizaine de soldats du RSP ont été mis aux arrêts mardi pour avoir tiré la veille au soir des coups de feu en l’air dans l’enceinte de leur caserne. Ces tirs, brefs, se sont produits après que le chef et deux gradés du Régiment ont été interrogés par la gendarmerie dans la journée de lundi.

Vendredi, le Cadre de concertation de partis politiques (CCPP), qui réunit les partis de l’ancienne opposition à Blaise Compaoré, à condamné fermement les agissements irresponsables du RSP, qui s’érige en perturbateur de la transition.

Ses interventions intempestives apportent des arguments de poids à ceux qui pensent qu’il faut au plus tôt revoir son statut, ses missions et sa localisation dans l’enceinte du palais présidentiel, a ajouté le CCPP.

Aucune unité militaire ne peut se proclamer d’élite si elle refuse toute discipline et si elle ne conçoit pas son rôle et son action dans le cadre de l’intérêt du peuple, a-t-il commenté.

En décembre, le Premier ministre avait publiquement réclamé la dissolution pure et simple du RSP.

Mais début février, ce corps d’élite, dont les 1.300 hommes sont considérés comme les mieux formés de l’armée burkinabè, avait provoqué une brève crise politique en exigeant sa démission, le contraignant à changer d’avis.

Le RSP est accusé d’être impliqué dans des assassinats politiques comme celui du journaliste Norbert Zongo à la fin des années 1990.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Burkinagarde présidentielle

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Le chef du groupe jihadiste al-Mourabitoune au Mali tué dans un raid français, selon Paris

 [GARD align= »center »] Le dirigeant du mouvement jihadiste al-Mourabitoune au Mali, Ahmed el Tilemsi, a été tué dans une opération des

Au Bénin, la révision de la Constitution au coeur des élections législatives dimanche

Les Béninois se rendent aux urnes dimanche pour des élections législatives qui auront valeur de test pour le camp du

Gambie: le retour du président Barrow prévu jeudi

[GARD align= »center »] Le nouveau président gambien Adama Barrow s’apprêtait à regagner jeudi son pays, un retour très attendu depuis le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*