Burkina : la présidence sénégalaise, médiatrice de la Cédéao, propose un retour du président Kafando

Burkina : la présidence sénégalaise, médiatrice de la Cédéao, propose un retour du président Kafando
les médiateurs de la Cédéao ont rencontré Michel Kafando à Ouagadougou

les médiateurs de la Cédéao ont rencontré Michel Kafando à Ouagadougou

La présidence sénégalaise, qui conduit au Burkina Faso la médiation de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), a indiqué travailler à un scénario qui pourrait très fortement conduire au retour du président de transition Michel Kafando.

Le président sénégalais Macky Sall, son homologue béninois Thomas Boni Yayi et le général putschiste Gilbert Diendéré se sont enfermés à trois à 16H55 GMT pour des consultations décisives sur un schéma de sortie de crise qui pourrait très fortement conduire au retour du président Kafando, selon un communiqué de la présidence sénégalaise.

Une source diplomatique étrangère à Ouagadougou a confirmé à l’AFP ce scénario du rétablissement de Michel Kafando. Les chefs d’Etat (sénégalais et béninois, NDLR) comprennent bien la situation. Ce qui est envisagé et qui va être fait, c’est le maintien de Kafando à la tête de l’État et du gouvernement pour terminer la transition. Diendéré devrait donc partir, a expliqué cette source.

Interrogé par l’AFP sur les efforts pour le retour du président de transition, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a répondu: Oui, c’est ce qu’on tente d’obtenir.

Macky Sall et Boni Yayi s’étaient auparavant entretenus avec Michel Kafando, libéré jeudi soir avec deux de ses ministres après avoir été séquestrés aux premières heures du coup d’État mercredi après-midi par les soldats du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP).

Nous avons surtout échangé en profondeur avec le président Kafando sur la situation d’urgence à mettre en oeuvre pour un retour à la normale. Tout à l’heure, à la sortie de cette audience, nous allons recevoir le général Diendéré et ça va être la clôture des consultations, avait expliqué le président sénégalais à l’issue de cette rencontre.

Toutes les parties ont été entendues et nous avons un schéma qui se met en place et nous espérons que d’ici la fin de l’après-midi, nous pourrons être plus explicites, avait-il ajouté, évoquant la possibilité de convoquer ensuite en urgence un sommet de la Cédéao pour partager les résultats avec les autres collègues.

Dans un autre communiqué, la présidence sénégalaise a détaillé les entretiens de Macky Sall depuis son arrivée vendredi à Ouagoudagou, avec le général Diendéré, M. Kafando, des représentants de la classe politique et de la société civile burkinabè, mais aussi les ambassadeurs de France, des Etats-Unis, et le représentant de l’Union européenne.

Tous ces entretiens ont porté sur les voies et moyens d’éviter l’impasse et d’aider à la poursuite de la transition pour aboutir à des élections libres, transparentes et inclusives, selon le texte.

Le président a constamment insisté sur le rejet par la Cédéao de la prise du pouvoir par la force, la libération des autorités détenues, l’arrêt de la violence, le respect des droits de l’Homme et de l’intégrité physique des personnes, le retrait des militaires de la scène politique, ainsi que la réconciliation nationale et le processus électoral, selon la même source.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
arméeBurkinaCEDEAOéléctionsKafandoUA

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Mali: le paludisme fait des ravages

Le gouvernement malien a publié mardi un communiqué qui montre la gravité du paludisme dans plusieurs régions du pays. De

Denis Sassou N’Guesso sollicité pour accompagner la concertation inclusive en RDC

Les présidents des deux chambres du parlement de la République démocratique du Congo (RDC) ont demandé au chef de l’Etat

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*