Burkina: le Premier ministre malien rencontre le médiateur Compaoré

Burkina: le Premier ministre malien rencontre le médiateur Compaoré

Cheick Modibo Diarra, en 2004 à Paris. © AFP/Archives Maximilien Lamy

OUAGADOUGOU – Le Premier ministre malien de transition, Cheick Modibo Diarra, s’est entretenu vendredi à Ouagadougou avec le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise au Mali, a constaté un journaliste de l’AFP.

Arrivé en fin d’après-midi en provenance de Bamako, M. Diarra a retrouvé au palais présidentiel M. Compaoré, médiateur pour la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), en compagnie du chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé et du président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo.

Ce déplacement intervient alors que le président de transition Dioncounda Traoré, agressé lundi 21 mai par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir, se trouve depuis jeudi en France pour des examens médicaux.

Samedi, « je vais entrer en contact avec l’hôpital pour savoir d’abord ce qu’il a, deuxièmement de quel genre de soins il aura besoin, troisièmement combien de temps cela prendra », a expliqué le Premier ministre malien devant la presse après l’entretien avec M. Compaoré, indiquant avoir parlé jeudi à M. Traoré et l’avoir trouvé en bonne forme.

Depuis le 22 mai, M. Traoré conduit pour un an la transition en vertu d’un accord signé le week-end dernier entre la Cédéao et le capitaine Amadou Haya Sanogo, chef des putschistes du 22 mars, qui avait bloqué la transition des semaines durant.

« Pour le moment je n’ai pas vu le capitaine Sanogo participer à quoi que ce soit qui soit contraire à l’accord-cadre », l’accord initial de sortie de crise conclu avec la Cédéao début avril, a-t-il assuré.

Le coup d’Etat a par ailleurs précipité la chute de l’immense région nord du pays aux mains de rebelles touareg et surtout d’islamistes armés, coupant de fait le pays en deux.

« Il est très important et très urgent que nous puissions rapidement nous retrouver et commencer un dialogue » avec ces groupes armés et « voir si nous pouvons arriver à une entente entre Maliens », a expliqué M. Diarra.

Le Premier ministre malien doit se rendre samedi en Côte d’Ivoire pour rencontrer le président Alassane Ouattara qui dirige actuellement la Cédéao.

A Bamako, quelques centaines de personnes se sont réunies vendredi après-midi dans un stade à l’appel d’une association pro-junte pour un meeting de soutien au capitaine Sanogo, que ses partisans ont unilatéralement désigné cette semaine président de la transition à la place de M. Traoré. L’ex-chef de la junte n’a pas réagi depuis lors.

Des délégués de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam, pro-putsch) et de l’ex-junte s’étaient rencontrés jeudi soir, a-t-on appris auprès des deux camps.

© AFP
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.



Related Articles

Madagascar : La Cour Electorale Spéciale confirme l’élection d’Hery Rajaonarimampianina

[GARD align= »center »] La Commission Electorale Spéciale du Madagascar a confirmé vendredi l’élection d’ Hery Rajaonarimampianina à la présidence malgache au

FAO : « La déforestation ralentit, sauf en Afrique »

À quelques semaines de la COP 21 à Paris, la FAO a annoncé lundi les résultats de son étude sur

Il y a 52 ans Patrice Lumumba nous écrivait ceci

A l’occasion de la commémoration de la mort de l’ancien premier, premier ministre congolais, Patrice Lumumba, Oeil d’Afrique, vous propose deux lettres

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*